Earn2Trade Blog
Andy Krieger

Andy Krieger

Andy Krieger a réalisé son premier emploi dans le trading pour Salomon Brothers. Il est diplômé de la Wharton School, une école de l’Ivy League, qui fait partie de l’Université de Pennsylvanie. Ce premier poste s’est bien passé pour Andy. Il tradait des options sur devises, un véhicule économique relativement nouveau à l’époque.

Bill Lipschutz – un autre trader célèbre ayant travaillé avec Andy chez Salomon Brothers – relaie l’histoire d’Andy Krieger dans le livre The New Market Wizards: Conversations with America’s Top Traders.

Cette histoire commence avec Bill allongé sur une plage de Sardaigne. Les vacances de Bill touchent à leur fin, et son esprit se tourne vers les marchés. Il décide d’appeler ses bureaux et apprend qu’une réunion du G7 affecte les marchés. Bill découvre également qu’Andy Krieger était en arrêt maladie, ce qui était rare pour lui. Bill a fini par joindre Andy malgré les difficultés des appels internationaux des années 1980 et a gardé la ligne téléphonique ouverte pendant six heures. Tout en combattant la grippe, Andy a utilisé une autre ligne pour appeler le marché néo-zélandais. Andy a vendu à découvert 60 millions de dollars avec la New Zealand Bank, ce qui représentait un chiffre énorme à l’époque. Après cela, les deux hommes ont continué à trader sur le marché au comptant. Ils ont gagné 6 millions de dollars – une journée assez impressionnante étant donné qu’ils n’étaient pas au bureau.

Andy Krieger chez Bankers Trust

Le temps passé chez Salomon a aidé Andy Krieger à se préparer à passer à des choses plus importantes. Son poste suivant était chez Bankers Trust en 1986. On a donné à Andy une limite de trading de 700 millions de dollars, la limite standard pour les traders de la société étant seulement de 50 millions de dollars. Cette limite a certainement été mise à profit.

L’impulsion pour la transaction la plus remarquable d’Andy viendrait du lundi noir. Le lundi 19 octobre 1987, les marchés boursiers ont chuté de 22 % dans un krach dévastateur. C’est la plus grande baisse en un jour de l’histoire. Une semaine après cela, Andy a fait son grand coup. Il avait analysé le dollar néo-zélandais (le Kiwi) et avait décidé qu’il était surévalué et ouvert à une attaque. Krieger a utilisé son énorme limite de trading et un effet de levier allant jusqu’à 400 pour 1 dans un assaut total sur le Kiwi. Krieger affirme que ses ventes à découvert ont en fait éclipsé la taille de l’ensemble de la masse monétaire néo-zélandaise.

Comme vous pouvez l’imaginer, cela a eu de graves répercussions. En quelques heures, le Kiwi a chuté de plus de 5 % par rapport au billet vert. L’impact a été tel que la banque centrale de Nouvelle-Zélande s’est plainte que Bankers Trust avait pris une position trop importante. Bankers Trust a rétorqué que la position n’était pas trop importante pour eux, mais qu’elle était trop importante pour ce marché, légèrement pour la Nouvelle-Zélande.

Après la célèbre transaction du Kiwi

Cette transaction a rapporté 300 millions de dollars au Trust en quelques heures seulement, ce qui en a fait un moment de trading célèbre dans le monde entier. Cela a valu à Krieger un bonus de 3 millions de dollars, qu’il a considéré comme une insulte. Il a démissionné en 1988, apparemment poussé par son dégoût pour ce bonus de seulement 1 % des bénéfices de la transaction. Il est parti travailler avec George Soros.

Bankers Trust a fait l’objet d’une enquête peu après le départ d’Andy Krieger. Les régulateurs ont révélé que le Trust avait surévalué son portefeuille d’options sur devises de 80 millions de dollars. Il n’est pas clair comment et pourquoi ce revenu a été exagéré. Une théorie souvent avancée est que Bankers Trust ne pouvait pas comprendre avec précision les positions sophistiquées en options de Krieger.