Earn2Trade Blog
code of hamurabi

Code de Hammurabi

Hammurabi est l’un des dirigeants historiques les plus célèbres de tous les temps. Il était le sixième souverain de Babylone et le dirigeant de la cité-État de Mésopotamie. Il a rédigé le Code de Hammurabi, qui régissait de nombreuses facettes de la société. Les règles concernent généralement la manière de traiter la propriété et les contrats. Le code est surtout célèbre pour son axiome « œil pour œil » et « dent pour dent ». Cet axiome est souvent au cœur du code. Ce dernier fournit des règles sur les punitions à infliger à ceux ne respectant pas leur part d’un contrat. Le remboursement des dommages, le bannissement et même la mort sont des punitions courantes.

Vous pourriez aussi apprécier :

Ceux ayant étudié de près l’histoire du commerce ont découvert que le crédit, le débit et les contrats ont précédé la monnaie officielle. Les premières matières premières à être traitées comme de la monnaie ont été les céréales et le bétail. C’est logique car l’alimentation est une préoccupation majeure dans une société en développement. Si l’on ajoute à cela le fait que la monnaie ne prend de l’importance que si elle est universellement acceptée, on comprend mieux pourquoi le commerce et la monnaie se sont développés comme ils l’ont fait.

Les dérivés du Code de Hammurabi

C’est dans la 48ème loi du Code de Hammurabi que l’on trouve l’un des plus anciens exemples de dérivés modernes. La formulation de la loi est la suivante :

« Si quelqu’un doit une dette pour un prêt, et qu’une tempête afflige le grain, ou que la récolte manque, ou que le grain ne pousse pas par manque d’eau, cette année-là, il n’a pas besoin de donner du grain à son créancier, il lave dans l’eau sa tablette de dette et ne paie pas de loyer pour l’année. » [sic]

Pour traduire cela dans la langue d’aujourd’hui, le Code de Hammurabi se lirait de la manière suivante :

Les agriculteurs ayant une hypothèque sur leurs terres doivent payer les intérêts en utilisant des céréales. En cas de mauvaise récolte, l’agriculteur a le choix de ne pas effectuer ce paiement d’intérêts. Celui qui recevrait normalement le grain doit renoncer aux intérêts dus.

D’après les historiens, cela signifie que ces prêts hypothécaires étaient conçus comme des « options de vente » modernes. Grâce à ces règles, les agriculteurs n’auraient pas eu à s’inquiéter de la production de leurs cultures. De nos jours, un agriculteur envisagerait plutôt d’utiliser des contrats à terme pour se protéger contre une mauvaise année de récolte.

Plus généralement, le Code de Hammurabi permettait de conclure des contrats pour une livraison future. Il exigeait qu’un témoin en fixe le prix et la date. Les Babyloniens de l’Antiquité disposaient ainsi d’un moyen de réguler les cycles économiques. Une grande partie du Code de Hammurabi semble viser une telle régulation. Les prix figurant sur le contrat étaient généralement calculés en argent ou en grain. Quoi qu’il en soit, il est intéressant de mentionner que certains de ces instruments financiers sont plus anciens que la monnaie elle-même.