Earn2Trade Blog
courbe de demande agrégée

Courbe de demande agrégée | Définition et composants

Vous êtes-vous déjà demandé ce qu’est la demande agrégée ? Il s’agit de la demande totale de produits finis et de services produits au sein d’une économie, calculée en monnaie locale. Si elle est exprimée sous forme graphique, l’axe des x reflète la demande ou le PIB réel et l’axe des y reflète le prix. Bien que certains suggèrent que la demande agrégée n’est qu’une formule exprimant l’offre et la demande, cela constitue une simplification excessive du calcul. La courbe comprend toute une série de facteurs déterminants différents à prendre en compte. En tenant compte des performances économiques supposées pour l’avenir, il est également possible de superposer d’autres courbes de demande agrégée. Celles-ci montrent l’impact potentiel de divers degrés de croissance ou de contraction économique.

Ceux qui n’ont pas examiné en détail la courbe de demande agrégée pourraient supposer qu’il s’agit simplement d’une ligne droite. Ils pensent qu’à mesure que le prix moyen baisse, la demande augmente. Cela suppose que toute une série de facteurs différents restent constants, ce qui n’est pas le cas. En réalité, des facteurs tels que les dépenses de consommation, les investissements privés, les dépenses publiques et les exportations évoluent souvent dans des directions différentes, à des degrés divers. Ce sont les facteurs les plus importants qui composent la formule de la courbe de demande agrégée. Il est peu probable qu’ils évoluent dans la même direction et au même degré à un moment donné. Ce sujet offre un contexte très intéressant pour les traders cherchant à intégrer la demande de biens/services à leurs stratégies d’investissement. Il suscite également un certain nombre de questions fréquemment posées, que nous aborderons à la fin de cet article.

Qu’est-ce que la demande agrégée ?

La définition de la demande agrégée est assez simple. Il s’agit d’une mesure économique reflétant la demande totale pour tous les produits finis/services fournis dans une économie, en monnaie locale. Il existe une corrélation directe entre la demande agrégée et le produit intérieur brut (PIB). Ce dernier reflète la quantité totale de biens/services fournis dans une économie, en monnaie locale, équilibrée pour l’inflation. Les variations des taux d’intérêt, de la demande des consommateurs et d’autres facteurs font évoluer la courbe vers la gauche ou vers la droite. Un débat continu fait rage entre les économistes pour savoir si une augmentation de la demande des consommateurs entraîne une augmentation de la production. Il se pourrait également qu’une augmentation de la production entraîne une augmentation de la demande. Qui est venu en premier, la poule ou l’œuf ?

Vous pourriez aussi apprécier :

Qu’est-ce qui l’impacte ?

Les changements dans la demande agrégée ne sont pas causés par un changement dans le prix des produits/services individuels. Il s’agit plutôt d’un changement dans l’activité économique. Par exemple, en période de récession, nous avons tendance à assister à une réduction des dépenses de consommation. Cela s’accompagne également d’une augmentation de l’épargne et d’une réduction des niveaux d’endettement. Cela entraîne une évolution vers le bas de la courbe de la demande agrégée. En conséquence, la demande de produits/services diminue. En réponse, la nécessité de réduire les coûts peut entraîner un grand nombre de licenciements. Le chômage à grande échelle peut entraîner une nouvelle baisse de la demande des consommateurs, créant ainsi une sorte de cercle vicieux. C’est pourquoi nous avons tendance à voir une augmentation des dépenses publiques et des exonérations fiscales en période de récession. Cela a pour but de compenser la réduction des autres facteurs déterminants de la demande agrégée.

Dans les économies prospères, les besoins en investissements publics sont réduits. Les exonérations fiscales et l’augmentation des salaires alimentent une demande croissante des consommateurs ainsi qu’une hausse de la demande générale de biens/services. La croissance de la demande de biens/services tend à entraîner une pression spécifique haussière sur les prix. Une économie en croissance entraîne souvent des augmentations de salaire supérieures à la moyenne. Lorsque cela se produit, cela entraîne une augmentation des coûts globaux des entreprises. L’inflation plus élevée qui en résulte exerce une pression haussière supplémentaire sur des éléments tels que les coûts des matériaux. Comme mentionné ci-dessus, il y a souvent un décalage entre l’augmentation du coût des biens et services pour les consommateurs et le coût pour les entreprises.

Les taux d’intérêt, l’inflation et les autres facteurs déterminants

Il peut être tentant d’associer directement un graphique montrant la courbe de demande agrégée à une formule simple d’offre/demande pour un produit/service individuel. Dans ce scénario, on part du principe que le prix de tous les biens/services reste constant, tout comme les revenus/dépenses des consommateurs. Lorsque nous examinons la demande agrégée et ses différents facteurs déterminants, nous devons prendre en compte toute une série d’autres facteurs. Par exemple, les taux d’intérêt peuvent avoir un impact considérable sur les coûts des entreprises et la demande des consommateurs. Si les taux d’intérêt augmentent, le coût des emprunts des entreprises et des consommateurs augmentera, ce qui entraînera une baisse de la demande. Une baisse des taux d’intérêt aura l’effet inverse. Elle réduira le coût des emprunts, encouragera les investissements des entreprises et stimulera la demande globale des consommateurs.

Il existe une corrélation directe indéniable entre les variations des taux d’intérêt et le coût des emprunts des entreprises et des crédits aux consommateurs. Il convient de mentionner que la spéculation l’influence aussi fortement. Par exemple, dans une économie prospère, de nombreux consommateurs (et entreprises) peuvent supposer que l’inflation va se renforcer à l’avenir. Déterminer les prix sur la base de cette hypothèse pourrait entraîner une hausse du coût des biens, tant pour les entreprises que pour les consommateurs. Cela pourrait avoir un impact sur la demande à court terme et entraîner une hausse de la demande agrégée. À l’inverse, au vu de la pandémie de coronavirus, on pourrait supposer que l’activité économique va diminuer et que les prix baisseront en termes réels. Ce scénario entraînerait une réduction de la demande agrégée et ferait évoluer la courbe vers la gauche.

Outre les taux d’intérêt et l’inflation, tels que décrits ci-dessus, il y a d’autres facteurs déterminants à prendre en compte tels que :

La richesse des ménages

Lorsque vous examinez les données économiques, vous rencontrez souvent la richesse moyenne des ménages et le revenu disponible. Une augmentation de la richesse des ménages aura un impact positif sur la demande agrégée. Cela est dû principalement à une plus grande confiance dans l’économie, à des niveaux élevés de revenu disponible et à une plus grande volonté de s’endetter. Lorsque la richesse des ménages diminue, on assiste à une réduction de la dette à la consommation. Cela est dû à une augmentation de l’épargne des consommateurs et à un retard ou un report de l’acquisition de certains types de biens/services. Cela a un impact négatif sur la courbe de demande agrégée.

Les dépenses publiques

Vous remarquerez que les gouvernements ont tendance à injecter davantage de capitaux dans l’économie lors des périodes plus difficiles. Cela pourrait prendre la forme d’une augmentation des investissements dans le logement, d’une réduction des taux d’imposition des entreprises, de la TVA ou même de l’impôt sur le revenu. L’idée est simple : lorsque vous réduisez les frais de subsistance ou les coûts des entreprises, vous contribuez à augmenter le revenu disponible des consommateurs. Ce faisant, vous réduisez l’impact baissier sur la demande agrégée. Par conséquent, en période de conjoncture économique plus favorable, les gouvernements ont tendance à s’abstenir de faire des cadeaux fiscaux et d’investir massivement. La raison en est que cela pourrait créer une économie en surchauffe – une bulle de consommation prête à éclater.

Les taux de change

Les devises évoluent très rarement dans la même direction. Par conséquent, le coût des marchandises pour les acheteurs étrangers a tendance à être assez volatil dans différents contextes. La formule de calcul de la demande agrégée prend vraiment en compte les exportations nettes. Par conséquent, les fluctuations de la valeur des devises étrangères peuvent avoir un impact sur la courbe de demande générale. Si, par exemple, la livre sterling s’affaiblit par rapport au dollar, les consommateurs américains seront plus attirés par les importations britanniques. À l’inverse, si la livre se renforce par rapport au dollar, les importations américaines seront plus attrayantes pour les acheteurs britanniques. À bien des égards, cet aspect de la demande dépend fortement d’influences extérieures dépassant la portée des gouvernements nationaux.

Le coût des matériaux

Après les taux de change, parlons des importations. De nombreuses entreprises comptent sur l’importation de matériaux (ou même d’employés) pour leur permettre de fournir des produits/services. Par exemple, le coût du pétrole est traditionnellement coté en dollars américains. Par conséquent, toute fluctuation du taux de change livre-dollar aura un impact sur les coûts de base des entreprises dans les deux pays. Nous devons également tenir compte du fait que certains matériaux peuvent se raréfier en période de forte demande. Sur la base de l’offre et de la demande, cela peut souvent entraîner une augmentation du coût des matériaux.

Les composants de la demande agrégée

Dans cette section, nous examinerons la demande agrégée sous un format purement technique.

La demande de courbe agrégée

Comme mentionné précédemment, la courbe de demande agrégée représente la demande totale pour tous les biens/services d’une économie, en monnaie locale. Jetez un coup d’œil à la figure 1 à titre de référence. Vous verrez que la courbe est orientée vers une augmentation de la demande agrégée à mesure que le niveau des prix baisse. Cependant, il ne s’agit pas d’une ligne droite. L’impact de certains facteurs, tels que les variations des taux d’intérêt, peut déformer et déforme effectivement la courbe. Le premier graphique ne montre pas non plus d’évolution de la courbe vers le haut ou vers le bas. Examinons maintenant les causes de cette évolution de la courbe.

Aggregate Demand Curve

Les fluctuations dans la courbe

La figure 2 ci-dessous montre un exemple de reprise de l’activité économique. Il en résulte un renforcement de la demande des consommateurs. Vous pouvez voir la courbe de la figure 1 évoluer vers le haut pour devenir la deuxième courbe de demande agrégée (AD2). Dans le cas d’une évolution vers le bas, la première courbe évoluerait vers le bas pour atteindre à la place la troisième courbe (AD3). La forme de base de la courbe reste la même, mais les fluctuations économiques la font évoluer parallèlement en fonction de la tendance économique actuelle.

Shifts In The Curve

Le principal élément à prendre en compte dans les deux graphiques ci-dessus est l’augmentation/la réduction du taux de PIB réel résultant de l’évolution de la courbe vers la gauche et la droite par rapport à l’original. Ces informations sont extrêmement utiles aux investisseurs. Ils peuvent les utiliser pour superposer leurs propres idées et hypothèses pour l’avenir. Ces hypothèses se traduisent par des évolutions de la courbe de demande agrégée. Si l’on considère que les fondements d’une entreprise ou d’une industrie prospère reposent sur la force sous-jacente de l’économie, cet aspect devrait être au cœur de toute stratégie d’investissement. Examinons ensuite la formule sous-jacente utilisée pour calculer la demande agrégée. C’est ce que les gouvernements et les économistes utilisent pour publier leurs propres prévisions et prédictions de tendances.

La formule de la demande agrégée

Avant d’examiner la formule de la demande agrégée, il convient de mentionner que la théorie keynésienne classique et la loi de Say reposent toutes deux sur des hypothèses légèrement différentes concernant la capacité économique et le PIB. La théorie keynésienne repose sur l’hypothèse selon laquelle les dépenses agrégées reflètent directement le PIB réel. Par conséquent, si les dépenses agrégées sont inférieures au niveau réel du PIB, cela entraînera une réduction de l’offre et de la production jusqu’à ce que l’équilibre soit rétabli. En termes simples, la théorie keynésienne suggère que les économies s’autorégulent.

La loi de Say part de l’hypothèse de base que tout niveau de PIB créé par une économie générera un revenu suffisant pour acheter ce niveau de PIB réel. Certains experts estiment que cette hypothèse comporte une faille car une partie des revenus peut être conservée pour l’épargne et non réinvestie dans l’économie. Ces différentes hypothèses ont certainement donné matière à réflexion aux investisseurs et aux économistes. Il y a aussi la question de savoir si c’est l’augmentation de la demande ou de l’offre qui détermine la courbe de demande agrégée. C’est une autre complication des différentes théories. Toutefois, la formule de calcul de la demande agrégée reste la même.

La formule pour la demande agrégée est assez simple :

DA = C + I + G + Nx

Elle consiste en les composants suivants :

  • AD = Demande agrégée
  • C = Dépenses de consommation sur les biens/services
  • I = Investissements/dépenses d’entreprises sur des biens d’équipement non finaux
  • G = Investissements gouvernementaux/dépenses gouvernementales sur les biens publics/services sociaux
  • Nx = Exportations nettes

La formule ci-dessus est basée sur un modèle économique présenté indépendamment par Robert Mundell et Marcus Fleming. On l’appelle communément le modèle Mundell-Fleming. Il existe une formule plus complexe comprenant les calculs individuels pour C, I, G et Nx. La formule ci-dessus est toutefois celle qui est le plus souvent citée.

Questions fréquemment posées

Comment les politiques gouvernementales peuvent-elles faire évoluer la courbe de demande agrégée vers la droite ?

Il existe de nombreuses façons dont les politiques gouvernementales peuvent faire évoluer la courbe de demande agrégée vers la droite. Il s’agit notamment de maintenir des taux d’intérêt relativement faibles, de réduire la pression fiscale, de tendre vers le plein emploi et d’encourager les exportations. Le plein emploi équivaut à un revenu disponible plus important tandis que des taux d’intérêt/pressions fiscales faibles garantissent que les consommateurs conservent une part plus importante de leurs revenus et que les coûts des entreprises restent relativement faibles. Historiquement, les taux d’intérêt ont été utilisés comme l’outil de choix par de nombreuses banques centrales/gouvernements, bien que le désinvestissement/investissement dans l’économie puisse également avoir un impact similaire.

Pourquoi la demande agrégée évolue-t-elle vers le bas ?

Nombreux sont ceux qui pensent automatiquement que la courbe de demande agrégée devrait être une ligne droite, mais cela supposerait que tous les facteurs déterminants restent constants. Ce n’est pas toujours le cas. Même si les facteurs déterminants évoluaient dans la même direction, ils n’évolueraient pas nécessairement au même rythme. Il y a aussi l’impact supplémentaire des importations/exportations et le décalage entre une augmentation de la demande et une augmentation des coûts de production. Ainsi, lorsque l’on l’examine de loin, la pente descendante de la demande agrégée reflète la situation réelle plutôt que la situation théorique.

Quelle combinaison de facteurs serait la plus susceptible d’augmenter la demande agrégée ?

L’idée de base est que tout facteur susceptible d’accroître les dépenses de consommation entraînerait également une augmentation de la demande agrégée. Parmi les facteurs les plus influents, citons les taux d’intérêt de base relativement faibles, la réduction des coûts d’emprunt pour les entreprises/consommateurs, une réduction des impôts directs tels que les taux, la TVA et l’impôt sur le revenu. L’impact de ces facteurs, décrits comme des politiques monétaires/fiscales expansionnistes, dépendrait de l’impact d’autres facteurs susceptibles de réduire le revenu disponible ou de susciter un certain degré d’inquiétude chez les consommateurs. Il convient également de rappeler que le changement de direction de la demande agrégée ne se fait pas du jour au lendemain. Bien que nous ayons assisté à des changements brefs mais brutaux dans le passé, comme la crise des prêts hypothécaires à risque de 2009 et la pandémie de coronavirus de 2020.

Qu’est-ce qui augmente la demande agrégée ?

Il existe un débat intéressant sur ce qui augmente réellement la demande agrégée, ce qui nous amène à l’argument de la poule et de l’œuf. Certains économistes pensent que c’est une augmentation de la demande qui, en fin de compte, entraîne une augmentation de l’offre et de la demande agrégée. D’autres suggèrent que l’offre doit être présente pour induire une demande accrue de la part des consommateurs, augmentant ainsi la demande agrégée. La réalité se situe probablement quelque part entre les deux car il faut un certain degré de demande pour donner aux entreprises la confiance nécessaire pour investir dans leurs activités. Comme elles ont tendance à attendre que les tendances se dessinent plutôt que de faire des investissements impulsifs, il peut y avoir un décalage.

Comment des impôts plus faibles impactent-ils la demande agrégée ?

Nous avons assisté à un débat de longue durée sur l’impact d’une baisse des impôts sur la demande agrégée et, en fin de compte, sur l’activité économique et le PIB. Une réduction des impôts permet aux consommateurs d’avoir plus d’argent en réserve et d’augmenter leur revenu disponible. Cependant, d’un autre côté, elle réduit également les revenus du gouvernement et donc les fonds disponibles pour les investissements dans les services publics et les infrastructures. Toutefois, si l’économie est en croissance, même si les taux d’imposition ont été réduits, il est possible de combler la différence et même de créer un excédent. L’idée est que la majorité des économies d’impôts seront « réinvesties » dans l’économie, améliorant ainsi la demande, l’offre et soutenant l’emploi. Cela reflète parfaitement la nature complexe de la demande agrégée et illustre la raison pour laquelle la courbe de demande agrégée est formée comme elle l’est.