Earn2Trade Blog
Flash Crash

Le trading à haute fréquence et le Flash Crash de 2010

Le Flash Crash de 2010 a été l’un des krachs boursiers les plus courts de l’histoire, avec une durée d’environ 36 minutes. Bien que la plupart des gens n’en aient pas entendu parler, il a donné lieu à des audiences du Congrès pour en déterminer la cause. Le coupable, du moins en partie, était le trading à haute fréquence.

Vous pourriez aussi apprécier :

THF est l’abréviation de “trading à haute fréquence”. Il s’agit d’utiliser des ordinateurs puissants pour effectuer du trading à grande vitesse. Ces transactions sont basées sur des algorithmes programmés dans l’ordinateur, de sorte que le trading est entièrement automatisé. Cette stratégie consiste à trader de gros volumes pour réaliser un petit bénéfice, en comptant sur l’algorithme pour réussir face au risque.

Le THF a-t-il provoqué le Flash Crash ?

La plupart du temps, le THF ne laisse pas d’impact notable sur les graphiques. Parfois, cependant, c’est tout le contraire. Le 6 mai 2010, à partir de 14h32, en à peine un peu plus d’une demi-heure, le marché boursier s’est effondré et s’est redressé. On l’appelle souvent le “Crash de 14h45”.

Le crash s’est produit sur les marchés des titres : le S&P 500, le Nasdaq et le Dow Jones Industrial Average. Le DJIA, par exemple, a perdu près de 1 000 points par rapport à sa valeur d’ouverture en raison du Flash Crash. Cela représentait environ 9 % de sa valeur totale, et cela n’a duré que quelques minutes. La reprise qui a suivi est encore plus inhabituelle. Juste après 15 heures, soit environ une demi-heure plus tard, la majeure partie de la baisse des prix avait été récupérée. Une autre demi-heure plus tard, le prix se situait dans la même fourchette qu’avant le crash.

Cependant, ce crash n’était pas entièrement dû au THF. Après l’événement, il y a eu beaucoup de recherches et de débats sur le rôle du THF et d’autres facteurs dans le crash. Une fois que les choses se sont tassées, la CFTC a conclu que le THF n’était pas à l’origine du Flash Crash, mais qu’il avait exacerbé le problème.

Autres raisons pour le Crash

La cause du problème a été directement imputée à un trader nommé Navinder Singh Sarao. Sarao a été accusé de plusieurs formes de manipulation du marché liées à cet événement. Sarao avait fait en sorte que les marchés de titres paraissent forts et pleins d’acheteurs. Il a utilisé des méthodes de manipulation telles que le spoofing, le layering et le front running pour falsifier des ordres. Il a ensuite vendu à découvert ces marchés pour en tirer profit lors de leur chute.

Son stratagème était impressionnant, étant donné qu’il s’agissait d’un homme d’une trentaine d’années agissant seul et travaillant depuis la modeste maison de ses parents. Blâmer cet homme est certainement valable, bien que certains comptes rendus notent que cette seule personne ne peut pas être l’unique responsable, que tout a été mis sur son dos pour avancer plus proprement. Certains analystes ont même affirmé qu’à l’examen des données, les krachs de type “Flash Crash” sont plus fréquents que ce à quoi on pourrait s’attendre.

Que le Flash Crash de 2010 soit dû à Sarao ou au THF, qu’il s’agisse d’un événement naturel, d’une erreur technique ou humaine, ou d’un mélange de ces éléments, cet événement a entraîné des changements durables. Dans le but principal de mettre fin aux manipulations de marché auxquelles Sarao s’est livré, les manipulations telles que le front running, le spoofing et le layering sont désormais illégales. Enfin, Sarao a été impliqué dans un procès civil intenté contre lui par la CFTC. Il a fini par se faire voler tout l’argent ou le perdre dans d’autres investissements.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur ce sujet, nous vous recommandons de consulter cet article.