Earn2Trade Blog
L’indice des directeurs d’achat

L’indice des directeurs d’achat

Le marché accorde une grande attention à l’indice des directeurs d’achat (Purchasing Managers’ Index-PMI). Il s’agit d’un indicateur pouvant potentiellement déterminer la direction même du marché. Cela le place au même rang que les données macroéconomiques des bureaux de statistiques nationaux et internationaux. On peut donc se demander pourquoi ces statistiques sont si importantes et dans quelle mesure elles sont fiables.

Vous pourriez aussi apprécier :

Le chiffre lui-même est un dérivé du résultat d’une enquête statistique. Il est basé sur des centaines, voire des milliers de questionnaires envoyés aux responsables des achats de diverses entreprises. Ce processus rappelle la méthodologie classique de la recherche sociale, un peu comme les sondages à la sortie des urnes lors des élections, par exemple. Il s’agit d’une étude empirique où les chercheurs cherchent à rendre les résultats représentatifs. Pour ce faire, ils classent les données par pays, secteur et taille d’entreprise. Ensuite, ils sélectionnent au hasard les entreprises auxquelles ils envoient les questionnaires.

Les questions de l’enquête se répartissent généralement en 8 à 10 catégories principales. Il s’agit notamment de l’évolution des nouvelles commandes, de la production, du nombre de postes non pourvus, des perspectives d’embauche et, bien sûr, de l’acquisition de ressources pour leur fonctionnement. Les managers peuvent noter les degrés de changement sur une échelle pour chaque catégorie respective. Le résultat est un nombre simple que l’on peut facilement peser. Il est largement utilisé par les chercheurs et les instituts, chacun ayant sa propre formule, pour calculer le chiffre final du PMI. Le processus de calcul illustre le caractère dynamique de l’indice PMI. Il combine à la fois une évaluation de l’état actuel des choses et des perspectives d’avenir potentielles. La méthodologie de recherche stricte et la grande taille de l’échantillon le rendent aussi objectif que n’importe quel sondage d’opinion officiel. C’est pourquoi le marché le considère généralement comme une donnée crédible.

Les instituts de recherche de l’indice des directeurs d’achat

Les statistiques compilées par la plupart des autres organismes gouvernementaux et administratifs sont généralement basées sur des données passées avec un retard possible de 1 à 2 mois. Le principal avantage de l’indice PMI est qu’il donne une idée de l’avenir. C’est une caractéristique inestimable aux yeux des traders et des investisseurs.

Les plus grands instituts de recherche PMI sont l’Institute for Supply Management, basé aux États-Unis, et l’institut international IHS Markit. Tous deux étudient une variété de marchés développés et utilisent des méthodes de recherche assez similaires, ce qui les rend faciles à comparer. Ils utilisent généralement trois sous-indices : l’indice composite plus général, l’indice manufacturier et l’indice PMI des services. L’importance de ces trois indices varie d’un pays à l’autre, mais pour les traders boursiers, ce type de division les aide considérablement à évaluer le contenu de leurs portefeuilles.

Comment le PMI impacte le marché

Cela nous amène à la raison pour laquelle les investisseurs considèrent le PMI comme si important. Prenons l’exemple d’un fonds commun de placement dont le portefeuille d’actions contient plusieurs centaines d’éléments individuels, diversifiés à la fois par secteur et par région. L’objectif du gestionnaire du portefeuille est de battre l’indice de référence et d’obtenir des rendements supérieurs à ceux des principaux indices boursiers.

Lorsque l’indice PMI manufacturier allemand tombe en dessous de 50 points, cela suggère que la croissance des entreprises allemandes pourrait ralentir. Dans ce cas, le gestionnaire de portefeuille peut décider de réduire son exposition dans cette zone en vendant. Non seulement il vendra, mais il le fera le plus rapidement possible pour protéger ses gains antérieurs et éviter des pertes potentielles. Plutôt que d’attendre que ses actions baissent, il est plus sûr de se débarrasser plus tôt d’un actif risqué. Le résultat est souvent une forte pression à la vente pour les actions et les indices respectifs. Les spéculateurs sont également très conscients du type de réactions qu’un faible indice PMI peut déclencher. Ils ont donc tendance à placer des positions courtes pour tenter de surfer sur la vague.

C’est la théorie, mais cela fonctionne-t-il dans la pratique ? Comme tout autre indicateur, l’indice des directeurs d’achat n’est pas non plus infaillible et n’est qu’un des nombreux facteurs qui influencent ces décisions.

L’indice des directeurs d’achat de la Chine

L’indice PMI Caixin de la Chine publié le 1er avril s’est établi à 50,8 points. Cela représente une augmentation de 0,9 point par rapport au mois précédent et a dépassé les attentes de 0,6 point. Après l’annonce, l’indice composite de Shanghai est passé de 3090 à 3154 points, les perspectives positives ayant entraîné l’ouverture de nouvelles positions d’achat.

Le même jour, l’indice PMI manufacturier Markit a été publié en Allemagne. Il s’est établi à 44,1 points, soit 4,8 points de moins que le mois dernier et 0,6 point de moins que les attentes. Il est naturel de supposer que l’indice DAX allemand baisserait fortement en conséquence, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Peu importe que les résultats de l’indice des directeurs d’achat soient terribles si les investisseurs se sont déjà débarrassés de leurs actions. L’indice allemand a été sous-performant depuis un an. Cela signifie que les investisseurs ont déjà pris en compte le flux constant de mauvaises nouvelles. Par conséquent, un seul mauvais rapport n’a pas aggravé l’opinion négative établie sur l’économie allemande.

En revanche, l’optimisme suscité par l’indice positif des directeurs d’achat en Chine a été suffisamment contagieux pour donner aux investisseurs l’espoir que l’économie allemande pourrait également se redresser. En fin de journée, le DAX et les indices asiatiques ont clôturé en nette hausse.

Un seul point de données n’est pas nécessairement révélateur d’une tendance plus large. Regarder la situation dans son ensemble permet d’éviter de perdre l’ensemble de vue et de tomber dans le piège des fausses conceptions.