Earn2Trade Blog
Taux d'intérêt

Les taux d’intérêt

L’un des passe-temps favoris des traders Forex est d’essayer de prévoir les politiques des banques centrales nationales. La principale de ces politiques est le taux d’intérêt prévu. La plupart des traders sont parfaitement conscients que ces taux sont essentiels pour déterminer le prix relatif d’une devise donnée. Toutefois, seuls quelques-uns prêtent attention au fait que ces banques ne se contentent pas de fixer une seule référence. Outre le taux d’intérêt de base, elles définissent également un certain nombre de taux d’intérêt différents. Nombre d’entre eux constituent la base de la politique monétaire.

Le rôle des banques centrales

Les banques centrales constituent l’échelon supérieur du système bancaire et occupent une position unique parmi les institutions financières. Alors qu’il peut y avoir n’importe quel nombre de banques commerciales dans un pays donné, il n’y a toujours qu’une seule banque centrale. Les deux types fonctionnent pratiquement de la même manière, à une exception près. Les clients de la banque centrale ne sont pas des entreprises ou des particuliers, mais d’autres banques. Cela signifie que les décisions de la banque centrale vont fondamentalement définir les politiques commerciales des autres banques. Cela inclut leurs prêts et leurs taux d’intérêt. Ce niveau de contrôle leur permet d’influencer la masse monétaire de leur pays respectif. Par extension, il leur donne également le pouvoir sur l’inflation et d’autres processus économiques.

Lorsque nous entendons parler du taux d’intérêt d’un pays, il s’agit généralement d’une simple référence. Or, les taux d’intérêt réels peuvent varier considérablement. Les décisions relatives au taux de base sont prises par les conseils monétaires. Ils dirigent ces banques et leurs décisions affectent principalement le marché des bons du Trésor du pays. L’indice de référence n’est essentiellement rien d’autre que le taux de rendement sans risque. Il coïncide également avec les rendements annuels des bons du Trésor. Ce chiffre permet aux banques de comparer les intérêts de leurs dépôts. Même les fonds communs de placement l’utilisent pour évaluer leurs retours sur investissement. Comme son nom l’indique, le taux d’intérêt de base sert simplement de base au secteur financier. Toutefois, il n’a pas d’incidence sur les détails. Pour cela, il existe un certain nombre d’autres sous-taux.

Vous pourriez aussi apprécier :

Le taux d’intérêts sur les dépôts

L’un de ces sous-taux est le taux d’intérêt sur les dépôts. Les banques commerciales sont tenues de détenir une fraction des fonds déposés chez elles auprès de la banque centrale. Cette dernière détermine le pourcentage exact de cette réserve, pouvant aller de 2 à 25 %. La banque peut recevoir des intérêts sur son dépôt, mais pas toujours. Certaines banques centrales fixent les taux d’intérêt à un niveau inférieur au taux de base. Parfois même dans le négatif. À l’heure où nous écrivons ces lignes, le taux d’intérêt sur les dépôts est de 0,1 % au Canada. Le taux de base est quant à lui de 1,75 %. Dans la zone euro, le premier taux est de -0,4 %, tandis que le taux de base est de 0 %.

En pratique, un taux d’intérêt négatif sur les dépôts fonctionne comme une taxe. Les banques commerciales sont obligées de conserver leurs fonds auprès des banques centrales. Ces fonds continuent de diminuer en raison du taux négatif. Les banques essaient de compenser leurs pertes en réduisant le montant minimum des fonds à déposer. Elles y parviennent en augmentant leur activité de prêt. Moins il y a de fonds déposés, moins elles doivent en déposer à leur tour. Ce n’est qu’une des façons dont les banques centrales peuvent encourager l’activité de prêt pour stimuler l’économie.

Le taux de prêt

S’il y a un taux d’intérêt sur les dépôts, il doit aussi y avoir un taux de prêt. Ce dernier désigne l’intérêt que les banques versent à la banque centrale lorsqu’elles lui empruntent. En Europe, ce taux d’intérêt tend à se situer autour de 0,2 % et est généralement plus élevé que le taux de dépôt. Cela garantit qu’un manque de fonds n’entrave jamais l’activité de prêt d’une banque commerciale. De nombreuses banques centrales maintiennent le taux de prêt identique au taux d’intérêt de base. C’est l’une des stratégies utilisées pour atténuer la crise des prêts hypothécaires à risque de 2008, par exemple. Les banques considérées comme « trop grosses pour faire faillite » pouvaient emprunter à la Fed à un taux d’intérêt de 0 % afin de consolider leurs liquidités.

Le taux d’intérêt interbancaire

Le dernier type de taux d’intérêt est le taux interbancaire qui est principalement significatif pour les traders de devises. Il indique le taux d’intérêt utilisé entre les banques et les banques centrales lors de leurs swaps de devises en fin de journée. Certaines personnes le décrivent également comme un taux d’intérêt de financement à court terme au jour le jour. C’est le seul prix au comptant des devises avec lequel les traders de devises traitent au jour le jour. C’est également la base des carry trades et de la comptabilisation des points de majoration appliqué au cours de change. C’est le moyen par lequel les banques centrales maintiennent le coût de la spéculation contre leur devise respective.

La crise de 2018 de la lire turque

En 2018, la banque centrale turque a réagi à la situation agitée autour de la lire, en augmentant le taux d’intérêt de base à 24 % et le taux interbancaire à 25,63 %. Elle a ainsi bénéficié d’un avantage de taux de 23 % par rapport au dollar américain. Les traders qui s’attendaient à ce que la lire s’affaiblisse et la vendait pour acheter des dollars devaient faire face à une perte de 23 % par an. Les taux d’intérêt élevés ont obligé de nombreuses personnes à fermer leurs positions courtes en lires et à prendre une position longue. Cela a permis de stabiliser la baisse du prix de la paire USDTRY.

L’exemple ci-dessus illustre à quel point ce type de taux d’intérêt est essentiel pour maintenir la stabilité d’une monnaie. Une hausse du taux interbancaire ou du taux au jour le jour n’aura pas nécessairement un impact majeur comme l’augmentation de la quantité d’argent en circulation. Elle n’aura pas non plus d’incidence sur l’inflation ou sur la capacité des banques commerciales à prêter, mais, en cas de besoin, elle peut stabiliser la monnaie d’un pays.