Earn2Trade Blog
La marge au 21ème siècle

La marge au 21ème siècle et le nouveau rôle des courtiers

La constitution de marge est historiquement l’une des sources traditionnelles de revenus des marchés financiers. Lorsque les courtiers en bourse achètent un actif, ils le revendent à un prix plus élevé. Cette différence de prix constitue la marge.

La constitution de marge, dans sa forme traditionnelle, était simple. Le client donnait ses instructions au courtier en bourse par téléphone. Celui-ci, à son tour, se coordonnait avec la banque ou le prestataire de services d’investissement. Enfin, le courtier en bourse ajoute sa propre marge au moment de communiquer le prix au client. Une fois que les marchés sont devenus essentiellement électroniques, les traders ont pu suivre les prix sur leurs propres plateformes 24 heures sur 24. Par conséquent, ce type d’activité a été relégué au second plan.

Vous pourriez aussi apprécier :

La marge n’a pas complètement disparu. Au contraire, le processus a changé. À l’ère des marchés modernes, les gens ne tradent plus par téléphone. Désormais, ils effectuent eux-mêmes leurs transactions par le biais de leur propre système. À leur tour, les courtiers en bourse ont dû trouver un moyen d’automatiser la constitution de marge, donnant ainsi naissance à un nouveau système basé sur la vitesse.

La marge et les systèmes de trading à haute fréquence

L’essentiel des systèmes de trading de détail montrent que les prix fluctuent par périodes de 0,5 à 1 seconde. La taille et l’intervalle de ces fluctuations sur les marchés réels sont en fait beaucoup plus faibles. Surtout dans le cas des devises. C’est au point qu’il devient difficile de les afficher. En outre, alors que les paires de devises étaient auparavant calculées jusqu’à la 4ème décimale, elles peuvent aujourd’hui aller jusqu’à la 5ème ou 6ème décimale. Cela est dû à la fois à l’augmentation du volume des transactions et à la sophistication croissante des systèmes de trading. Cela est particulièrement vrai dans les transactions entre banques et courtiers. Elles vont jusqu’à installer leurs serveurs aussi près que possible de ceux de leurs chambres de compensation pour réduire la vitesse d’exécution, même si ce n’est que de quelques microsecondes.

Une seconde correspond à un million de microsecondes. Le temps d’exécution des systèmes les plus rapides est d’environ 0,0025 seconde ou 2500 microsecondes. En pratique, cela signifie que lorsque le trader passe un ordre pour 100 000 USDJPY à 109,73, il ne sera mis à jour qu’une seconde plus tard. Le système d’exécution, quant à lui, voit 109,7255 et dispose de 0,9975 seconde pour déterminer le prix que le trader recevra.

Comment le système fonctionne en pratique

Pour avoir une meilleure idée de la différence d’ampleur, imaginez une tâche hypothétique qui pourrait être accomplie en un jour. Dans ce cas, le système dispose de 399 jours pour remplir son obligation envers le trader, ce qui signifie qu’il peut décider d’acheter immédiatement ou d’attendre un meilleur prix. En suivant l’exemple précédent, la plupart des systèmes décideraient d’acheter à 109,7255 puis de vendre au trader à 109,73. C’est ainsi que le système permet au trader de réaliser des marges. Bien que 0,0045 ou 450 yens (4 dollars US) ne semble pas être une somme importante, le marché des devises a un volume quotidien d’environ 5,3 mille milliards de dollars US. En constituant une marge de ce montant de seulement 0,00002 point, on obtient un bénéfice de 106 millions de dollars, sans risque.

Ce niveau de revenu justifie amplement les coûts de développement d’un système qui le facilite. Il convient de mentionner que si cette configuration semble conçue pour profiter aux dépens de l’utilisateur, elle a en fait beaucoup moins d’impact sur le trader que ce que l’on pourrait croire à première vue. Tout d’abord, ce n’est pas quelque chose qui influencerait nécessairement les décisions des traders de détail. En effet, ils ont déjà affaire à des spreads, des commissions et d’autres coûts qui méritent d’être pris en compte. Il s’agit plutôt d’une lutte acharnée entre les banques et les courtiers en bourse. Les systèmes plus rapides gagneront naturellement plus que les systèmes plus lents, ce qui entraîne les deux parties dans une sorte de course à l’armement, puisque c’est là qu’elles ont le plus grand potentiel de bénéfices.

L’incroyable expansion de la taille et de la portée des transactions a entraîné l’apparition de systèmes de trading à haute fréquence. Ces systèmes THF sont responsables de la majeure partie du chiffre d’affaires du marché. Ils font l’objet de nombreuses controverses, mais c’est un sujet pour une autre fois.