Earn2Trade Blog
Martha Stewart and Insider Trading

Martha Stewart et le délit d’initié

Presque tout le monde connaît aujourd’hui l’histoire de Martha Stewart. Il s’agit d’une célèbre personnalité de la télévision et d’un magnat des médias connu pour sa personnalité et son contenu sains. Beaucoup de gens ont probablement été surpris lorsqu’un tribunal l’a condamnée pour délit d’initié. Nous allons passer en revue les principaux points que vous devez comprendre et expliquer le délit d’initié.

Vous pourriez aussi apprécier :

Les gens se méprennent souvent sur ce qu’est réellement le délit d’initié. Lorsque la plupart des gens entendent ces mots, ils pensent immédiatement à un acte criminel. En réalité, le délit d’initié peut constituer une activité légale en Amérique. Il s’agit de trader les actions d’une société publique en ayant des connaissances privilégiées sur cette société. Ces connaissances privilégiées sont particulièrement pertinentes dans le cas des dirigeants, des administrateurs et des personnes détenant une part de 10 % ou plus de la société. Pour le faire légalement, l’initié doit divulguer publiquement ses transactions auprès de la Securities Exchange Commission au moyen du formulaire 4. La loi ne considère pas immédiatement toutes les transactions effectuées par des initiés comme des délits d’initiés.

Pour résumer le délit d’initié illégal, les gens ne sont pas censés faire du trading sur des informations importantes qui ne sont pas publiques. C’est ce qui a causé des ennuis à Martha Stewart. Deux jours avant qu’une de ses actions, ImClone, ne perde une grande partie de sa valeur, elle l’a vendue. Cette vente lui a rapporté plus de 45 000 $ de plus que si elle avait vendu après la baisse. Cela a éveillé les soupçons de la SEC, qui a enquêté sur elle.

L’implication de Martha Stewart

On a accusé Martha d’être au courant de la déclaration à venir de la FDA concernant le nouveau médicament d’ImClone. Martha et ses avocats ont soutenu que ce n’était pas le cas et qu’elle avait plutôt reçu un tuyau de son courtier en bourse. Ce dernier s’occupait également des transactions de Sam Waksal, PDG d’ImClone, et Martha affirme qu’il lui a dit quand Waksal avait vendu ses actions. Il ne s’agirait pas d’un délit d’initié, mais cela reste illégal.

Au final, les accusations de délit d’initié contre Martha ont été rejetées. Elle a été condamnée à 5 mois de prison pour conspiration et entrave à la justice. Cela a évidemment porté atteinte à son image publique de personne terre à terre et innocente. Dans une affaire parallèle avec la SEC, les tribunaux lui ont fait payer près de 200 000 $ d’amendes et d’intérêts. Cette débâcle lui a même coûté le poste de PDG de sa société, Martha Stewart Living Omnimedia, pendant cinq ans. Dans cette affaire, la SEC et d’autres organismes de réglementation ont clairement indiqué ce qu’ils pensaient de la fraude en trading, qu’elle soit le fait d’un initié ou non.