Earn2Trade Blog
Qu'a fait Michael Burry ?

Michael Burry

Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Ce dicton et ses nombreuses formes sont vieux de plus de mille ans. Il n’a jamais été aussi vrai que dans le monde du trading, avec Michael Burry.

L’enfance de Michael Burry

Michael Burry est né en 1971 à New York. Atteint d’une maladie rare lorsqu’il était bébé, on lui a retiré l’œil gauche. Il a grandi avec un œil de verre à la place, ce qui a affecté la façon dont les gens le traitaient. À tel point que cela a fait partie du récit personnel de Burry. Il a toujours eu des problèmes avec les gens, préférant donc la solitude et ses propres intérêts.

L’intérêt qui a dominé son enfance était l’étude de la médecine. Il a fait des études de médecine et a obtenu un doctorat en médecine à la faculté de médecine de l’université Vanderbilt. Il a ensuite effectué une résidence en neurologie au Stanford Hospital and Clinics. Burry travaillait de longues journées et passait le peu de temps qui lui restait à écrire sur le trading en ligne. Il s’est concentré sur l’investissement dans la valeur pendant la bulle Internet, ce qui fait de lui une fois de plus un cas particulier.

Burry a rapidement eu le sentiment qu’il avait appris tout ce qu’il pouvait des forums en ligne. Il a commencé son propre blog, bien qu’il était plus vague que ce que la plupart des gens reconnaissent comme un blog. Burry y consacrait environ 3 heures par nuit, de minuit à 3 heures du matin.

Vous pourriez aussi apprécier :

De la médecine à l’investissement

Il a rapidement remarqué que les gens suivaient de plus en plus son blog. Au début, la provenance de ses lecteurs était aléatoire, mais de plus en plus, le trafic provenait de grandes entreprises de Wall Street. Son influence est devenue évidente lorsqu’il a dit du mal du fonds indiciel de Vanguard et a reçu une lettre de leurs avocats.

Au fur et à mesure que Burry s’impliquait et devenait plus visible dans le monde du trading, il s’intéressait de moins en moins à la médecine. Il se rendait compte que, même s’il voulait aider les gens, il n’aimait pas s’occuper d’eux personnellement. Michael était même parfois dégoûté par la médecine. Il s’est rendu compte qu’il faisait de la médecine parce que c’était facile pour lui, et non parce qu’il aimait la médecine.

Cela a conduit à l’inévitable. Il a abandonné la médecine pour commencer à gérer de l’argent. Entre ses propres économies et ce que sa famille lui donnait, il avait environ 40 000 $. En comparaison, il devait 145 000 $ de dettes d’études. Il a décidé que ses investisseurs devraient avoir une valeur nette de 15 millions de dollars pour rejoindre son fonds. Bien que cela puisse paraître ridicule, il voyait les choses clairement.

La mise en place de son fonds spéculatif

Alors qu’il installait son bureau, il a reçu un appel téléphonique intéressant. C’était d’un homme du nom de Joel Greenblatt. Il était le fondateur du fonds d’investissement Gotham Capital. Joel avait également écrit un livre intitulé You Can Be a Stock Market Genius. Joel a dit à Michael qu’il avait attendu qu’il quitte la médecine et l’a invité lui et sa femme à venir à New York pour les rencontrer.

La réunion a provoqué une certaine anxiété chez Burry, ce qui est typique de lui lorsqu’il rencontre de nouvelles personnes. Heureusement, cette réunion était presque impossible à rater. Au bureau de Gotham, on lui a offert un million de dollars pour devenir propriétaire de la société nouvellement créée par Michael, Scion Capital. Cela a stupéfié Burry, mais il a accepté. C’était la première fois que Gotham faisait une telle chose.

Elle n’a pas été la seule à le faire. Une société holding d’assurance nommée White Mountain a également contacté Burry. Son directeur était Jack Byrne, qui était proche de Warren Buffett. Byrne avait découvert l’accord avec Gotham et voulait aussi en faire partie. À la fin de la discussion, White Mountain avait acheté une copropriété pour 600 000 dollars et s’était engagé à lui laisser investir 10 millions de dollars. Tout comme Gotham, elle n’avait pas fait une telle chose avant de rencontrer Burry.

Michael Burry et Scion Capital

Who is Michael Burry

C’est alors que Scion est née. Et pas seulement cela, elle a commencé d’une manière totalement inédite.

Michael Burry avait un peu plus d’un million de dollars à sa disposition. Sa première année complète a été 2001, et le rendement du fonds a été de 55 %. C’est un pourcentage élevé, surtout si l’on considère que le S&P a chuté d’environ 12 % cette année-là.

Ce rendement n’était pas une anomalie. En 2002, le fonds a augmenté de 16 %, alors que le marché a baissé de 22 %. En 2003, le marché a de nouveau augmenté, de 28 % ; Scion a augmenté de 50 %. En 2004, Scion disposait d’environ 600 millions de dollars et refusait d’autres investisseurs. C’est incroyable par rapport aux normes de l’industrie. Burry a créé Scion pour les investisseurs, pas pour les bénéfices. Il avait un sens aigu de la bonne manière de faire les choses. Il vivait et menait ses affaires en fonction de cela.

Michael Burry décrit son style comme “l’investissement Ick” (investissement dégoûtant). Burry le décrit de la manière suivante :

“L’investissement Ick consiste à porter un intérêt analytique particulier aux actions inspirant une première réaction “de dégoût”   -Burry, dans une lettre de 2001 à ses investisseurs.

En gros, Burry trouvait des investissements qui pouvaient rebuter les gens en raison de leur réputation actuelle mais qui avaient en fait une bonne valeur. Les investissements de ce type commençaient souvent par baisser lorsque le marché vendait les actions puis remontaient fortement peu après, lorsque les problèmes étaient résolus et que la valeur était reconnue par le marché.

L’investissement dans les Credit Default Swaps

Cette idée d’investissement Ick allait amener Scion à un tout autre niveau et à la célébrité. Le niveau suivant est venu sous la forme de Credit Default Swaps (CDS). Un CDS est essentiellement une assurance sur un prêt. Si le prêt tourne mal, le détenteur du CDS reçoit un paiement. Les CDS sont utilisés par les détenteurs de prêts pour couvrir le risque ou par un investisseur qui pense que les prêts vont mal tourner. Leur création remonte au milieu des années 1990 et ils n’étaient pas des investissements courants à l’époque.

Michael Burry a commencé avec 60 millions de dollars de CDS de la Deutsche Bank, 10 millions de dollars chacun sur 6 obligations différentes. Il recherchait les obligations ayant les pires prêts hypothécaires sous-jacents, ceux qui étaient les plus susceptibles de faire défaut. Il a également été surpris de constater que la Deutsche Bank ne se souciait pas de différencier ces prêts. Elle se contentait d’accepter la notation de Standard & Poor’s, malgré une grande variance au sein des catégories de notation.

Lorsque Burry a acheté ses premiers CDS sur des obligations hypothécaires à Goldman Sachs pour 5 millions de dollars, ils ont applaudi Burry pour être le premier à les acheter. Burry, dans sa forme typique, a répondu : “J’éduque les experts ici.” Cette citation n’a jamais été plus vraie, mais ce ne serait pas un signal chez Goldman Sachs (ou n’importe qui d’autre) avant que le marché ne prouve que Burry avait raison.

Bien sûr, Burry n’a pas arrêté d’acheter des CDS à ce montant. En juillet, il avait 750 millions de dollars de CDS dans son fonds. Cela ne ressemblait à aucun autre fonds spéculatif.

Une approche différente

L’utilisation des CDS peut être considérée comme un tournant intéressant de l'”investissement ick” de Burry. Elle renverse le modèle typique d’investissement contre une perception négative injustifiée. Les CDS sur les obligations hypothécaires à risque étaient des investissements “ick” inversés, en ce sens qu’ils gagnaient de l’argent sur des perceptions positives injustifiées. Dans le langage typique des traders, on pourrait appeler cela “vendre à découvert une bulle”.

Cette idée n’est pas nouvelle, alors pourquoi le marché et ses clients ont-ils été si surpris qu’il vende à découvert cette bulle des subprimes ?

La réponse simple à cette question est visible dans les réactions des clients de Burry. Non seulement ils ne voyaient pas la bulle, mais ils ne pouvaient pas non plus imaginer que l’immobilier puisse un jour connaître une telle bulle. Ce point de vue peut être considéré comme réaliste car l’immobilier a été l’un des investissements historiques les plus fiables. Cependant, il ne s’agissait pas seulement d’une question d’immobilier. Il s’agissait des prêts subprime, qui n’avaient jamais été vus en masse auparavant. Burry voyait facilement leur instabilité et était prêt à parier gros dessus.

L’inquiétude des investisseurs

Bien que ses clients n’appréciaient pas ce qu’il faisait, ils étaient obligés de garder leur argent dans son fonds. Scion avait une règle selon laquelle il fallait garder l’argent pendant au moins un an si l’on investissait dans le fonds. Cela n’a pas empêché les clients de se plaindre lourdement. Cela a mis Burry dans la position exacte qu’il a essayé d’éviter dès le début : traiter directement avec ses clients. Il avait spécifiquement dit à ces clients qu’il faisait des paris peu orthodoxes, et qu’ils ne devaient pas simplement l’évaluer à court terme, mais seulement à long terme.

Comme c’est souvent le cas, les gens n’ont pas écouté. Ou, comme Michael Burry l’a souvent déclaré :

“Au début, les gens ont investi avec moi à cause de mes lettres. Et puis après avoir investi, ils ont arrêté mystérieusement de les lire.”

Michael Burry et la crise des subprimes

Michael Burry

Ici, nous avons Scion, piloté par Burry, plein de CDS. Pour lui, ils sont aussi précieux que de l’or, mais cet or est sur un bateau, et la mer est agitée. Mais Michael Burry est un vrai capitaine et n’a que le port en ligne de mire.

Il a même tenté de pousser cette stratégie à un niveau supérieur en ouvrant un deuxième fonds consacré aux CDS. Il pourrait porter ce pari à plusieurs milliards de dollars. Burry a appelé ce second fonds Milton’s Opus, d’après le Paradis perdu. Ceci – encore une fois – est passé au-dessus de ses clients. Ces derniers n’ont pas investi dans ce second fonds et n’ont même pas compris le nom d’ailleurs.

En outre, les gens avaient du mal à comprendre pourquoi des sociétés telles que Goldman Sachs vendaient ces CDS s’ils constituaient un si bon achat. Les gens ne pouvaient pas comprendre que Burry avait une longueur d’avance en voyant la valeur de ces produits. Cela s’est reflété en juin 2005, lorsque Goldman Sachs a demandé à Burry s’il voulait augmenter la taille de sa transaction à 100 millions de dollars.

En octobre 2005, Michael avait officiellement annoncé à tous ses investisseurs ce qu’il faisait (ce qui n’était pas vraiment un secret). En quelques semaines, tout a commencé à éclater au grand jour. Les gens ont commencé à demander à Goldman Sachs comment vendre à découvert des logements comme Scion l’avait fait.

Le tournant

Le vent avait tourné complètement lorsque la Deutsche Bank a pris contact avec Scion. Ils avaient rompu les liens avec lui en raison de son agressivité dans l’achat de swaps, et à présent ils voulaient racheter les 6 premiers swaps qu’il leur avait achetés. Il les a effectivement revendus avec un bénéfice. Ils en ont immédiatement demandé plus et étaient même prêts à prendre le milliard de CDS qu’il détenait.

Goldman Sachs a ensuite appelé Burry pour lui demander d’acheter également certains de ses CDS. Pour tâter le terrain, Burry a appelé Bank of America pour voir s’il pouvait en acheter d’autres. Elle ne vendait pas. Comme les autres, elle voulait seulement acheter.

Le marché s’était retourné. La perception commune allait dans le sens de Burry. Il ne lui restait plus qu’à attendre l’inévitable avalanche d’argent.

Le sommet de la crise

Au début de 2007, les prédictions sont devenues des faits. Les prêts hypothécaires à risque sortaient de leurs “taux d’appel”. Les taux d’appels sont des paiements peu élevés au début du prêt hypothécaire qui montent en flèche par la suite, provoquant de nombreux défauts de paiement. Au même moment, Burry a eu des difficultés. Pour maintenir sa position, il s’est séparé d’une partie de son personnel et d’une fraction de ses positions. Ceci est important car ces CDS étaient en train de devenir des gains sûrs, et le fait de devoir les vendre sur le marché a englouti les gains qui auraient été réalisés lorsqu’ils auraient été payants.

Au milieu de l’année 2007, Bear Stearns et Goldman Sachs s’effondraient sous les yeux de tous. Lorsque Burry contactait les sociétés avec lesquelles il tradait, les gens étaient soudainement malades ou trouvaient d’autres excuses, comme des coupures de courant. Fin juin, elles se sont concertées avec Burry pour évaluer correctement la valeur de ces CDS car leurs rapports les sous-estimaient de plus en plus chaque mois.

À la fin du mois de juillet, les reportages sur ceux ayant vu venir le krach des subprimes sont devenus populaires. Parmi eux, Greg Lippmann, un trader de la Deutsche Bank. Il était le trader qui avait repris contact avec Burry. Il avait copié le plan de Burry et en avait tiré argent et gloire. Le nom de Burry n’a pas été entendu.

Michael Burry après la crise

Bien qu’il ne soit pas devenu célèbre pour son trading visionnaire, Burry a quand même très bien réussi. À la fin de ce long voyage, Burry avait gagné environ 100 millions de dollars pour lui-même. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est ce qu’il a gagné pour ses clients, 725 millions de dollars. Sans compter les frais et les dépenses, un client qui est resté avec Scion pendant toute la durée de l’opération a obtenu un rendement d’environ 500 % sur son argent.

La seule note amère qui en est résultée a été l’absence de toute personne remerciant Burry ou s’excusant pour tout le doute dont elle a fait preuve à son égard. Pas étonnant que M. Burry n’aimait pas les gens.

Il a tout de même fini par acquérir sa notoriété après tout. Michael Lewis a écrit un livre sur la bulle des subprimes en 2013, intitulé The Big Short. La version cinématographique est sortie en 2015, et Michael Burry était incarné par Christian Bale. La morale de l’histoire ? Restez fidèle à vos principes, et vous aussi vous pourrez être Batman. Ou du moins, vous pourrez avoir une partie de l’argent de Bruce Wayne.