Earn2Trade Blog
Oscillateur stochastique

L’indicateur d’oscillateur stochastique – Tout à son sujet

L’oscillateur stochastique est l’un de ces indicateurs que vous pourriez remarquer sur un grand nombre de graphiques d’investissement. Il semble très utile, mais que fait-il exactement ? Un graphique d’oscillateur stochastique est un moyen populaire de mesurer le momentum. Cependant, quelles conclusions pouvez-vous tirer de la formule de l’indicateur et comment pouvez-vous l’utiliser ?

Qu’est-ce que l’oscillateur stochastique ?

Un graphique d’oscillateur stochastique permet d’identifier le momentum du prix d’un actif financier. Au cœur de cet indicateur se trouve la formule de l’oscillateur stochastique. Elle permet de comparer le cours de clôture d’un titre aux cours récents, élevés et faibles. On le convertit ensuite en un chiffre compris entre 0 et 100, qui est la valeur réelle de l’oscillateur stochastique. C’est là que cela commence à devenir intéressant !

Supposons que vous parliez à deux traders indépendamment et que vous leur demandiez ce que démontre l’oscillateur stochastique. Il y a de fortes chances que vous obteniez deux réponses très différentes. D’une part, l’oscillateur stochastique est un indicateur du momentum à la fois à la hausse et à la baisse. D’autre part, certains traders peuvent le considérer comme un indicateur de prix surachetés et survendus. Ces deux explications sont correctes en théorie. La différence essentielle réside dans la manière dont vous utilisez l’indicateur dans le cadre de votre stratégie d’investissement.

Il y a d’autres facteurs à prendre en considération. L’un d’eux est la période pendant laquelle vous prenez le prix bas et le prix élevé. Vous devrez rechercher les paramètres d’indicateurs idéaux pour votre propre méthode de trading spécifique. Êtes-vous satisfait de suivre une tendance à long terme plus plate ? Ou préférez-vous un indicateur à court terme plus sensible qui pourrait vous alerter sur les opportunités de trading à court terme ?

Vous pourriez aussi apprécier :

Un bref historique

Les origines de l’oscillateur stochastique font l’objet d’un débat. En particulier les indicateurs %D dont nous parlerons plus loin dans l’article. Beaucoup pensent que C. Ralph Dystant est le créateur original de l’indicateur. Cependant, George C. Lane est peut-être plus communément reconnu pour son rôle dans la popularisation de l’indicateur. Ce dernier a également introduit plusieurs ajustements et mises au point.

Nous pouvons remonter la trace de l’oscillateur stochastique lui-même aux années 1950, lorsque C. Ralph Dystant offrait des formations boursières. Dans ces dernières, il se concentrait à l’origine sur les matières premières. Ces cours ont été parmi les premiers à se concentrer sur les graphiques, les moyennes mobiles et autres indicateurs pour tenter de prédire l’évolution future des prix. À propos, George C. Lane aurait commencé à travailler pour C Ralph Dystant en 1954. C’était la même année que le départ à la retraite du « gourou » technique Roy Larson. Était-ce une coïncidence ?

Il serait juste de dire que C. Ralph Dystant et George C. Lane ont tous deux joué un rôle essentiel dans la création de l’indicateur d’oscillateur stochastique et dans l’influence qu’il exerce encore aujourd’hui sur les investisseurs. À bien des égards, la clé de son succès est sa simplicité relative. Le coup de maître a été l’introduction d’une fourchette facile à comprendre entre zéro et 100. Pour reprendre les mots de Kelly Johnson, ancien ingénieur en chef de Lockheed Skunk Works, « garde ça simple, idiot ». Aujourd’hui, de nombreux traders appellent cette citation le principe KISS (« keep it simple, stupid »).

Comment fonctionne l’oscillateur stochastique ?

Examinons maintenant comment fonctionne l’oscillateur stochastique. Nous allons également voir à quelle vitesse vous pouvez ajuster la sensibilité de l’indicateur. Le concept de base de l’oscillateur stochastique est le momentum. Il vous donne la possibilité de suivre le momentum du prix d’un actif. Cela vous permet de voir si, par rapport aux niveaux maximums et minimums récents, il est potentiellement survendu ou suracheté. Cependant, il s’agit là d’un casse-tête potentiel.

Un exemple simple

Et si nous examinions le S&P 500 ? Le contrat à terme E-Mini S&P 500 fait partie des actifs les plus importants du marché des contrats à terme. Que nous apprend son momentum ? Imaginez l’exemple du lancement d’une fusée dans le ciel. Après être tombée en panne de carburant, elle ne s’arrêtera pas subitement et ne retombera pas sur terre immédiatement. L’élan qui s’estompe continuera à la pousser vers le haut à une vitesse se réduisant rapidement. Cependant, lorsque l’élan positif finira par s’arrêter, la fusée s’inclinera et retombera vers la terre. Par conséquent, elle prendra un nouvel élan en cours de route. C’est l’idée qui se cache derrière l’oscillateur stochastique. En utilisant les sommets et les creux récents, à titre de comparaison, vous devriez être en mesure d’identifier un changement de momentum. Ce résultat devrait également se refléter dans les graphiques.

Il y a un consensus général sur le fait que lorsque les niveaux des oscillateurs stochastiques tombent en dessous de 20, cela indique que l’actif est survendu. En revanche, s’il passe au-dessus de 80, cela indique que l’actif est suracheté. Prenons 50 comme valeur moyenne. En théorie, le momentum positif est au-dessus de la ligne tandis que le momentum négatif est en dessous. Bien que ce soit généralement le cas, restez attentifs aux éventuels faux signaux. Passons maintenant à la suite et examinons les moyens de lire et de comprendre l’indicateur d’oscillateur stochastique.

La formule et le calcul de l’oscillateur stochastique

Dans cette section, nous examinerons la formule de l’oscillateur stochastique. Nous indiquerons également quels éléments de la formule vous pouvez ajuster pour modifier la sensibilité. La formule de base est la suivante :

C = le cours de clôture le plus récent

L14 = le prix tradé le plus faible sur les 14 dernières sessions de trading

H14 = le prix tradé le plus élevé sur les 14 dernières sessions de trading

%K = la valeur actuelle de l’indicateur stochastique en tant que pourcentage

Pour donner un exemple pratique du fonctionnement de l’indicateur, nous allons nous pencher sur l’indice S&P 500. C’est sur ce chiffre que sont basés les contrats à terme E-mini S&P 500.

Niveau actuel = 3490

Point minimum durant les 14 dernières sessions de trading = 3300

Point maximum durant les 14 dernières sessions de trading = 3500

Le calcul est donc le suivant :-

3490-3300/3500-3300 = 190/200

(190/200) x 100 = 95 %

Exemple

Ainsi, selon l’indicateur d’oscillateur stochastique, l’indice S&P 500 a un fort momentum et se trouve potentiellement en territoire de « surachat ». Beaucoup de gens considéreraient cela comme le calcul standard de l’indicateur d’oscillateur stochastique basé sur 14 séances de trading. Cependant, à quoi ressemble la situation si on la base sur huit séances de trading ?

Niveau actuel = 3490

Point minimum durant les 8 dernières sessions de trading = 3400

Point maximum durant les 8 dernières sessions de trading = 3500

3490-3400/3500-3400 = 90/100

(90/100) x 100 = 90 %

Enfin, quelle indication nous fournit le calcul sur une moyenne mobile de 30 périodes :

Niveau actuel = 3490

Point minimum durant les 30 dernières sessions de trading = 3200

Point maximum durant les 30 dernières sessions de trading = 3500

3490-3200/3500-3200 = 290/300

(290/300) x 100 = 97 %

Plus la période en question est courte, plus la formule sera sensible aux fluctuations quotidiennes. La raison en est que la différence entre le point maximum et le point minimum devrait être relativement faible, en théorie. Dans les trois exemples ci-dessus, l’indice S&P 500 a un fort momentum sur 14 jours et 30 jours. Cependant, il est nettement plus faible si vous ne le regardez que pendant 8 jours. Mais ils indiquent tous un scénario de surachat potentiel.

Autres formules importantes

Vous découvrirez également ce que les traders appellent l’indicateur d’oscillateur stochastique %D. Il s’agit traditionnellement d’une moyenne sur trois jours de l’indicateur %K. Le %D élimine une grande partie des fluctuations à court terme du graphique de base du %K. Cela lui donne des lignes de tendance plus lisses qui sont souvent plus faciles à lire. L’inconvénient du %D est que les nouvelles tendances émergentes apparaîtront plus tard que dans le %K. C’est parce qu’il s’agit d’une moyenne glissante.

Ensuite, vous avez l’indicateur d’oscillateur stochastique lent. Avec l’oscillateur stochastique lent, le chiffre %D est traditionnellement une moyenne glissante sur trois jours par rapport à la moyenne glissante sur trois jours du %K. Nous calculons l’indicateur lent, ainsi que l’indicateur moyen à partir de l’indicateur primaire. Ce dernier est aussi parfois appelé indicateur stochastique rapide. Cela crée un graphique encore plus lisse où les mouvements supérieurs à 80 et inférieurs à 20 peuvent être rares. Cependant, nous pouvons les considérer comme des signaux forts lorsqu’ils se produisent.

Comment lire les graphiques d’oscillateur stochastique

Ensuite, examinons deux graphiques d’indicateurs d’oscillateurs stochastiques. Nous soulignerons certains des tournants qui auraient pu être bénéfiques pour les traders. Le premier graphique est l’indicateur d’oscillateur stochastique traditionnel (rapide) avec une ligne de tendance %D plus lisse basée sur le facteur %K.

Le second graphique est ce que nous appelons un « indicateur d’oscillateur stochastique lent ». Il fait la moyenne du niveau de l’indice sur une période plus longue. Nous avons ensuite le facteur %D, qui est basé sur le %K et donne une ligne encore plus lisse. Plus la période sur laquelle vous examinez les prix, y compris les sommets, les creux et les prix courants, est longue, plus le graphique est lisse. Cependant, il y aura un décalage important. D’un autre côté, à bien des égards, cela peut aider à compenser les pics et les creux à court terme pouvant parfois inciter les gens à acheter et à vendre alors qu’ils ne devraient pas.

Vous remarquerez vers le début de ce graphique (après la chute initiale) que la ligne violette, la ligne %K à court terme, monte à travers la ligne %D (ligne orange) autour du niveau de 20 %. Beaucoup de gens pensent que cela représente un signal d’achat fort.

Placer l’exemple sur une frise chronologique

Il se trouve que c’était le début d’une reprise dans l’indice. La reprise a duré jusqu’au 24 juillet environ. Après la reprise initiale d’un niveau survendu (fort momentum) à un niveau surachaté (momentum faiblissant), l’indicateur d’oscillateur stochastique fluctuait juste autour de la ligne des 80 %. Il y a un consensus général sur le fait que tout ce qui est supérieur à 80 est potentiellement suracheté, et tout ce qui est inférieur à 20 est potentiellement survendu.

Il est intéressant de souligner que la chute à court terme de l’indice du 24 au 27 juillet a vu l’indicateur passer d’une position de surachat à une position de survente. Lorsque la ligne %K a franchi la ligne %D le 27 juillet, elle a indiqué une nouvelle reprise. Cette dernière s’est poursuivie jusqu’au 19 août. Ensuite, une consolidation à court terme a vu les lignes de tendance passer sous le chiffre critique de 80 %. Cela ressemblait à un ressac classique après une forte reprise. Peu de temps après, le graphique a indiqué qu’une autre reprise pourrait être imminente. C’est à ce moment que les lignes de tendance se sont à nouveau croisées, en hausse.

Comment utiliser l’oscillateur stochastique

La clé de l’utilisation de l’oscillateur stochastique est de trouver la durée convenant le mieux à votre stratégie d’investissement. Ceux qui recherchent des transactions à court terme se concentreront sur des périodes relativement courtes, ce qui peut entraîner des fluctuations quelque peu volatiles de l’indicateur. Ceux qui recherchent la confirmation de tendances à plus long terme prolongeront la période en question. Ces graphiques seront plus lisses et, en raison du décalage prolongé, ils ne seront pas aussi sensibles aux fluctuations à court terme.

Quels sont les paramètres les plus efficaces et précis ?

Il y a trois variables à prendre en considération lorsque l’on observe les paramètres de l’oscillateur stochastique. Ce sont :

%K = basé sur le nombre de périodes temporelles utilisées pour le calcul

Ralentissement = facteur de moyenne mobile simple (MMS) appliqué à %K

%D = facteur de moyenne mobile %K

Comme mentionné précédemment, l’oscillateur stochastique a trois différents types. Ce sont :

L’oscillateur stochastique rapide (indicateur traditionnel)

%K rapide = calcul basique de %K sur 14 périodes

%D rapide = trois périodes de MMS d’oscillateur stochastique %K rapide

L’oscillateur stochastique lent

%K lent = %K rapide exprimé sous la forme d’une MMS de trois périodes

%D lent = trois périodes de MMS de %K lent

L’oscillateur stochastique complet

%K complet = %K rapide lissé sur une période de MMS X

%D complet = période X de MMS de %K complet

La beauté de ce système réside dans le fait que toutes les variations de l’indicateur original mentionnées ci-dessus produisent des chiffres allant de 0 à 100. Par conséquent, il est facile de comparer et de contraster la variation des lignes de tendance. Plus les périodes sur lesquelles vous calculez la moyenne mobile simple sont grandes, plus la ligne est lisse.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, le simple oscillateur stochastique rapide fera apparaître de nombreuses positions potentiellement surachetées et survendues. Certaines d’entre elles seront inévitablement des faux signaux. Comme vous pouvez le voir sur les graphiques ci-dessus, l’oscillateur stochastique rapide peut être assez volatil, se tradant souvent au-dessus ou en dessous des niveaux 80 et 20 pendant une courte période. Sur le même graphique, vous pouvez voir des zones où le %D (chiffre de MMS) n’est pas aussi volatil et ne descend pas toujours en dessous ou ne monte pas au-dessus des niveaux 80 ou 20 comme le fait l’oscillateur stochastique rapide.

Les stratégies de trading avec l’oscillateur stochastique

Il existe de nombreuses manières d’utiliser l’indicateur d’oscillateur stochastique pour ouvrir des positions, fermer des positions ou même réduire votre position si le graphique se situe à un point critique.

Identifier les indicateurs de surachat/survente

Comme vous le verrez dans le tableau ci-dessous, il existe toute une série d’indicateurs très utiles qui auraient pu générer des bénéfices importants. Le premier indicateur de surachat montre que le chiffre de l’oscillateur stochastique rapide a atteint le niveau de 80 % et a ensuite fortement baissé pendant les trois périodes de la MMS. Ces points de croisement sont considérés par beaucoup comme des indicateurs forts indiquant que le momentum est en train de changer et que la tendance à court terme pourrait être sur le point de s’inverser.

La deuxième position de surachat commence à apparaître lorsque l’oscillateur stochastique rapide et la MMS passent au-dessus de 80 %. Un mouvement supérieur à 80 % ou inférieur à 20 % ne doit pas nécessairement être considéré comme un signal de vente ou d’achat mais comme une alerte précoce d’un changement de momentum. De nombreuses personnes préfèrent attendre une baisse durable en dessous de 80 % ou un mouvement au-dessus de 20 % avant de réagir, ce qui permet d’éviter un certain degré de volatilité pouvant parfois créer de faux signaux. C’est là que les lignes MMS peuvent être très utiles, plus fluides et moins volatiles, même si vous ne vendrez pas nécessairement au sommet en raison du décalage.

Vous pouvez également voir les deux faux signaux de surachat où le chiffre de l’oscillateur stochastique rapide et la MMS sont tous deux descendus en dessous de 80. Cependant, ils se sont inversés assez rapidement lorsque le momentum a repris et que le graphique est revenu en territoire plus élevé. Vous constaterez que là où il y a une forte tendance haussière, qui n’a pas été interrompue, il y aura à un moment donné un ressac pouvant constituer une occasion d’acheter sur la faiblesse. C’est pourquoi l’oscillateur stochastique rapide est plus approprié pour les traders à court terme/les spéculateurs sur séance.

La divergence haussière/baissière

Il y aura des occasions où il y aura une divergence haussière/baissière entre le graphique réel et l’indicateur d’oscillateur stochastique. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, le point minimum du graphique indiquerait un potentiel de baisse accru. Cependant, lorsque vous regardez l’indicateur d’oscillateur stochastique, la tendance évolue dans une direction différente et est légèrement haussière. Cela pourrait bien être une indication que le titre a atteint son plus bas niveau et que le momentum est sur le point de s’inverser. L’un des principaux signaux à observer sur ce graphique particulier est le mouvement de l’oscillateur stochastique rapide qui traverse la ligne MMS.

Vous êtes tout aussi susceptible d’observer un renversement de tendance lorsque le graphique principal indique une tendance haussière intacte alors que l’oscillateur stochastique affiche un ralentissement du momentum et un basculement vers une tendance baissière. Ce sont là certains des signaux de trading les plus rares. Mais ils sont très intéressants, en particulier lorsque vous incorporez de simples lignes de tendance dans les graphiques de prix.

L’indicateur de prix de tendance

La relation entre l’oscillateur stochastique rapide et la MMS est très importante. Comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, la première section est dominée par la forte tendance baissière ; l’oscillateur stochastique rapide et la MMS étant parallèles. Ensuite, il y a un rebond sur le graphique suivi d’une fluctuation vers un niveau moins stable avec une tendance baissière évidente. Comme vous le verrez, les deux indicateurs restent en dessous du niveau de 20 %, ce qui indique que le momentum est relativement faible. C’est-à-dire jusqu’à ce que l’oscillateur stochastique rapide franchisse la ligne MMS vers la fin de la zone d’action agitée des prix.

Ce changement de momentum est démontré par la tendance haussière, bien qu’il ne soit pas difficile de voir où le momentum commence à s’estomper au-dessus de 80 %. Lorsque la ligne de tendance à court terme traverse la MMS et passe sous le niveau de 80 %, cela indique un autre changement de tendance – un signal de vente potentiel.

Les avantages d’utiliser l’oscillateur stochastique

Le momentum est très important lorsqu’il s’agit de trader et il ne fait aucun doute que l’indicateur d’oscillateur stochastique est un outil très utile. Il y a un certain nombre d’avantages à prendre en compte, notamment :

Une sensibilité au changement de momentum

Plus la période sur laquelle les prix élevés, bas et courants sont comparés est courte, plus l’indicateur d’oscillateur stochastique est volatil. L’utilisation de lignes de tendance MMS peut également créer des signaux d’achat/vente très forts lorsque les lignes se croisent – surtout au-dessus de 80 % et en dessous de 20 %. Cet événement indiquerait que la tendance à court terme est en train de changer et, en supposant qu’elle se poursuive, qu’une nouvelle tendance suivra.

Une opportunité d’identifier une divergence haussière/baissière

En raison de la façon dont l’indicateur d’oscillateur stochastique est calculé, vous observerez parfois une divergence entre le graphique des prix et l’indicateur. Alors que le graphique des prix peut indiquer qu’une tendance baissière est toujours intacte, le graphique d’oscillateur stochastique peut déjà identifier un changement de momentum avant que le prix ne change. Comme vous le verrez sur le graphique ci-dessus, il peut s’agir de signaux de trading puissants. Le temps que vous pouvez attendre pour voir si une nouvelle tendance se dessine varie d’un trader à l’autre. Êtes-vous courageux ?

La formule est flexible

Plus la période en question est courte, plus l’indicateur d’oscillateur stochastique est volatil. Il est toutefois possible d’identifier des opportunités de trading à court terme. Toutefois, pour ceux ayant une stratégie d’investissement à plus long terme, vous pouvez prolonger le nombre de périodes en question. Cela aplatira la ligne de l’oscillateur stochastique rapide et volatil et donnera une ligne plus lisse, ce qui peut faciliter l’identification de tout changement dans les tendances à long terme.

Les risques et limitations de l’indicateur

Comme pour tout indicateur technique, l’oscillateur stochastique n’est pas à l’abri de faux signaux et s’utilise probablement mieux en tandem avec d’autres indicateurs de trading. Voici quelques-uns des risques et des limites :

Les faux signaux

Plus la période sur laquelle l’oscillateur stochastique rapide est calculé est courte, plus il est susceptible de présenter une volatilité extrême. Cela peut créer de nombreux faux signaux bien que l’impact puisse être réduit en ajoutant une simple ligne de moyenne mobile.

Le trading latéral

L’indicateur fonctionne le mieux lorsqu’il y a soit une nouvelle tendance haussière, soit une tendance baissière, soit peut-être une courte période de consolidation avant que la tendance ne réapparaisse. Pendant les périodes de trading latéral, cela peut créer un écart relativement faible entre les points maximums et minimums, et donc créer des fluctuations brusques de l’indicateur sur des fluctuations de prix relativement faibles.

Les changements de tendance décalés sur les lignes de MMS

L’utilisation de périodes plus longues pour calculer les lignes de tendance du %K et de la MMS peut faciliter l’identification des changements de tendance. Toutefois, en raison du décalage, vous pourriez manquer un élément important d’une tendance changeante avant de décider d’acheter ou de vendre. Vous pouvez ajuster les variables de l’indicateur d’oscillateur stochastique complet pour vous aider dans votre stratégie d’investissement spécifique, en allongeant ou en raccourcissant les périodes et en ajustant la MMS.

L’oscillateur stochastique contre d’autres indicateurs

L’indicateur d’oscillateur stochastique est extrêmement flexible, et vous pouvez ajuster les périodes et les variables MMS en fonction de votre plan d’investissement. Cependant, surtout lorsque vous examinez des périodes limitées, il y aura des occasions où l’indicateur créera un faux signal. Il est donc judicieux d’envisager d’autres outils d’analyse technique pour déterminer si un changement potentiel du momentum indiqué par l’oscillateur stochastique se reflète également ailleurs.

L’oscillateur stochastique contre le RSI

Bien que vous puissiez utiliser à la fois l’oscillateur stochastique et le RSI (Relative Strength Index) pour mesurer le momentum des prix, ils fonctionnent selon des principes très différents. Le RSI mesure les positions potentiellement surachetées/survendues en comparant les gains récents aux pertes récentes. L’idée derrière l’oscillateur stochastique repose sur la supposition que le prix actuel devrait suivre la tendance actuelle. Lorsque le prix actuel va à l’encontre de la tendance, il peut indiquer un changement de momentum et un signal potentiel d’achat/vente. Alors, qui gagne le combat, l’oscillateur stochastique ou le RSI ?

Si les deux oscillateurs devaient indiquer la même tendance, ce serait un signal puissant pour les investisseurs. Par exemple, si le prix d’un actif évolue vers le haut de sa récente fourchette haute/basse, cela indiquerait un momentum positif. En supposant que l’oscillateur RSI indique également une tendance relativement forte, cela réduirait les chances d’un faux signal.

L’oscillateur stochastique contre la MACD

La MACD (Moving Average Convergence Divergence) est un indicateur de momentum important, bien qu’il soit très différent de l’indicateur d’oscillateur stochastique. Vous calculez la MACD en soustrayant la moyenne mobile exponentielle à 26 périodes de la moyenne mobile exponentielle à 12 périodes. De nombreux traders utilisent l’indicateur technique MACD en même temps que l’oscillateur stochastique, en cherchant souvent des points de croisement entre les deux.

Ceux qui envisagent d’utiliser des indicateurs techniques à distance pourraient se demander pourquoi les traders n’utilisent pas simplement trois, quatre, cinq ou plus d’indicateurs techniques en même temps. La réponse est simple : le décalage entre les différents indicateurs techniques peut rendre la situation confuse. Lorsque plusieurs indicateurs différents sont « alignés », vous risquez de manquer la grande majorité de la tendance. Il n’y a rien de mal à utiliser un seul indicateur technique, mais il y a des risques et de faux signaux peuvent se produire et se produisent effectivement. Deux, c’est de la compagnie, trois, c’est une foule ?

F.A.Q

La stochastique est-elle un bon indicateur ?

Il y a un malentendu général parmi certains traders sur le fait que l’indicateur stochastique crée des signaux d’achat et de vente. Ce n’est pas le cas. L’indicateur surveille le momentum, qui se renforce et s’affaiblit, suggérant souvent un changement de tendance. L’une des façons les plus courantes d’utiliser l’indicateur stochastique est d’être plus vigilant s’il est inférieur à 20 ou supérieur à 80.

Par exemple, si l’indicateur s’est tradé au-dessus de 80 pendant un certain temps puis est tombé en dessous de 80, cela pourrait indiquer un changement significatif du momentum. En utilisant le %K rapide ou lent, et la moyenne mobile du %D, un croisement entre les deux donne un degré de confiance supplémentaire dans le changement du momentum ou de la tendance. Cela peut également éliminer ces fâcheux faux signaux !

Le RSI ou l’indicateur stochastique est-il meilleur ?

Il ne s’agit pas nécessairement de savoir si le RSI ou l’indicateur stochastique est « meilleur », mais plutôt lequel est le plus approprié pour votre stratégie d’investissement. L’oscillateur stochastique suppose que le prix d’un actif suivra le sommet/creux récent en fonction de la direction de la tendance. Le RSI tient compte des gains et des pertes récents pour calculer un chiffre de force relative. En réalité, les deux peuvent se compléter et sont souvent utilisés en tandem par les traders.

Qui a inventé l’oscillateur stochastique ?

L’histoire de l’oscillateur stochastique remonte aux années 1950, époque à laquelle C. Ralph Dystant a été crédité de la création de la formule de base. Cependant, George C. Lane a certainement été plus actif dans la promotion de l’indicateur, en introduisant le concept de moyennes mobiles pour compléter les calculs de base. Ce n’est pas une coïncidence si les deux ont travaillé ensemble à la société d’éducation boursière de C. Ralph Dystant. Que vous croyiez ou non que les indicateurs techniques créent des « prophéties auto-réalisatrices », il ne fait aucun doute que l’indicateur de l’oscillateur stochastique est aussi pertinent (sinon plus) aujourd’hui qu’il ne l’était dans les années 1950.