Earn2Trade Blog
Que sont les contrats à terme

Que sont les contrats à terme et comment fonctionnent-ils ?

Le marché des contrats à terme est l’un des marchés financiers les plus dynamiques, attirant l’intérêt des investisseurs de détail et institutionnels. Aujourd’hui, les acteurs du marché utilisent les contrats à terme à diverses fins, notamment pour spéculer et couvrir leurs portefeuilles. Cependant, les traders et les investisseurs doivent savoir ce qu’est un contrat à terme et en connaître toutes les subtilités pour le gérer avec succès. Ce guide explorera le fonctionnement des contrats à terme et ce que vous devriez savoir lorsque vous vous engagez dans le trading de contrats à terme. Il retrace également l’histoire du marché et se termine par quelques anecdotes sur les contrats à terme.

Qu’est-ce qu’un contrat à terme ?  

Un contrat à terme est un accord juridique donnant au propriétaire le droit et l’obligation d’acheter ou de vendre un actif sous-jacent pour un prix prédéterminé à une date donnée. Cela confère à l’acheteur et au vendeur la garantie de pouvoir verrouiller une transaction à l’avance et de se protéger de l’incertitude.

Pourquoi quelqu’un aurait-il besoin de cela ? Voici un exemple. Imaginons que John soit un producteur de blé. Chaque saison, il doit trouver des acheteurs pour sa production une fois qu’elle est récoltée. De l’autre côté, nous avons Mike – il possède une boulangerie. Son objectif est d’éviter les ruptures d’approvisionnement en sécurisant ses futures livraisons à l’avance. En utilisant un contrat à terme, John et Mike peuvent garantir un échange futur d’une certaine quantité de la matière première pour une somme particulière et à une date prédéterminée.

Cela apporte aux deux parties la tranquillité d’esprit qu’elles obtiendront ce qu’elles veulent et quand elles le veulent. L’agriculteur s’assure un prix stable et la garantie qu’il vendra sa production. De son côté, l’acheteur sécurise sa livraison et planifie ses coûts commerciaux à l’avance, ce qui lui permet de se prémunir efficacement contre d’éventuelles fluctuations de prix.

Aujourd’hui, les contrats à terme sont populaires auprès de divers acteurs du marché, notamment les entreprises, les organisations, les investisseurs de détail et institutionnels. Les entreprises des secteurs de l’aviation et du transport maritime, par exemple, peuvent acheter des contrats à terme sur le pétrole pour s’assurer d’un prix fixé à l’avance et éviter une éventuelle volatilité à l’avenir. En revanche, les investisseurs de détail utilisent les contrats à terme principalement pour spéculer car ils ont rarement l’intention réelle d’acquérir l’actif sous-jacent.

Comment fonctionnent les contrats à terme ?    

Les contrats à terme peuvent être tradés sur les bourses régulées et de gré à gré (OTC).

Les contrats à terme tradés en bourse sont standardisés. Cela signifie que leurs caractéristiques sont gravées dans le marbre. En fonction de l’actif sous-jacent, la standardisation peut préciser des détails tels que la qualité, la quantité, le délai de livraison, etc.

Chaque bourse peut avoir sa propre méthodologie de standardisation. L’idée de la standardisation des contrats à terme est de garantir que les spécifications des contrats sont identiques pour toutes les contreparties. Ainsi, l’acheteur et le vendeur peuvent facilement transférer la propriété du contrat si nécessaire.

En revanche, les contreparties qui tradent les contrats à terme de gré à gré peuvent personnaliser leurs termes.

Il convient également de mentionner que les contrats à terme ont un effet de levier. Autrement dit, l’acheteur n’est pas tenu de payer le montant total au départ. À la place, il paie un pourcentage de la valeur totale des actifs dans le contrat à terme, que l’on appelle une marge initiale.

Voici un exemple – imaginons que le prix actuel du contrat à terme WTI soit de 80 $. La valeur actuelle totale du contrat est égale à sa taille (1 000 barils) multipliée par le prix actuel (80 $), soit 80 000 $. La marge initiale sert d’acompte pour que l’acheteur n’ait pas à payer la totalité du montant au départ et ne dépasse généralement pas 10 – 12 % de la valeur notionnelle ou au comptant du contrat.

Une transaction à terme peut impliquer plusieurs parties. Outre l’acheteur et le vendeur, celles-ci comprennent également la bourse qui liste le contrat pour le trading, le courtier qui facilite le trading, une chambre de compensation, etc. 

Comment les contrats à terme réduisent-ils les risques de contreparties ?

Les marchés de contrats à terme sont réglementés par la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), une agence fédérale créée en 1974 pour garantir l’équité des prix sur les marchés de contrats à terme. Cette autorité de surveillance surveille de près le marché afin de prévenir les pratiques de trading abusives et la fraude. Elle réglemente également les bourses facilitant le trading de contrats à terme afin de garantir l’intégrité de l’activité de trading.

Les bourses établissent des principes et des exigences de standardisation qui unifient et systématisent la manière dont leurs produits sont proposés au marché. Cela permet de garantir que chaque offre de produit est cohérente avec les autres articles équivalents de la même catégorie. En d’autres termes, cela garantit que le contrat dérivé aura toujours les mêmes caractéristiques, que vous l’achetiez aujourd’hui ou dans un mois.

Grâce à cela, les investisseurs peuvent bénéficier d’une plus grande liquidité, d’une plus grande efficacité et d’une plus grande clarté dans l’exécution des transactions afin que chaque contrepartie sache quoi attendre d’une transaction.

Cette réglementation stricte de haut en bas garantit que les marchés de contrats à terme sont équitables, transparents et résilients.

En revanche, les marchés dérivés non réglementés d’instruments exotiques se sont révélés être un environnement hostile pour leurs émetteurs, leurs traders et le système financier mondial. Par exemple, les activités louches qui ont eu lieu sur le marché des swaps sur défaillance (credit default swaps-CDS) et des titres garantis par des créances (TGC) ont déclenché la crise financière mondiale de 2008. L’absence de réglementation stricte a prouvé qu’une unique défaillance pouvait s’avérer désastreuse pour l’ensemble du marché.

Exemple de contrats à terme 

Observons un exemple d’un contrat à terme pour examiner ce que signifient ses spécificités et caractéristiques.

Chicago SRW Wheat Futures – Spécifications de contrats

Unité de contrat5 000 boisseaux (~136 tonnes métriques)
Prix relevéEn cents (dollar américain) par boisseau
Heures de tradingCME Globex : du dimanche au vendredi de 19h à 7h45 CT et du lundi au vendredi de 8h30 à 13h20 CT TAS : du dimanche au vendredi de 19h à 7h45 et du lundi au vendredi de 8h30 à 13h15 CT CME ClearPort : du dimanche à 17h au vendredi à 17h45 CT sans déclaration des ordres du lundi au jeudi de 17h45 à 18h CT
Fluctuation de prix minimale1/4 d’un cent (0,0025) par boisseau = 12,50 $
Code de produitCME Globex : ZWCME ClearPort : WClearing: WTAS : ZWT
Contrats listés15 contrats mensuels de mars, mai, juillet, septembre, décembre listés annuellement suivant la résiliation du trading du contrat de juillet de l’année actuelle
Méthode de règlementLivrable
Résiliation du tradingLe trading se termine le jour ouvrable précédant le 15ème jour du mois du contrat
Note et qualité#2 Soft Red Winter au prix du contrat, #1 Soft Red Winter à une prime de 3 cents, autres notes livrables listées sur la règle 14104
Dernière date de livraisonDeuxième jour ouvrable suivant le dernier jour de trading du mois de livraison.

*Les spécificités complètes peuvent être trouvées sur le CME.

Voici ce que ces spécificités signifient effectivement :

  • Unité de contrat – précise le nombre et le type d’unités qu’un contrat à terme unique couvre. Dans cette situation, chaque contrat à terme sur le blé couvre une quantité de 5 000 boisseaux ;
  • Prix relevé – spécifie comment le prix du contrat à terme est formé. Dans cette situation, il est estimé par boisseau ;
  • Heures de trading – les jours et les créneaux horaires exacts où vous pouvez trader un contrat particulier sur les différents marchés ;
  • Fluctuation de prix minimale – indique la plus petite fluctuation de prix possible lors du trading d’un contrat donné (un tick) – dans ce cas, 12,50 $ ;
  • Code de produit – les codes sous lesquels vous pouvez trouver l’instrument sur les différents sites gérés par le CME ;
  • Contrats listés – précise la durée et les détails de l’expiration des contrats à terme proposés sur la bourse ;
  • Méthode de règlement – clarifie s’il y a oui ou non une livraison physique de l’actif sous-jacent à l’expiration ;
  • Résiliation du trading – indique quand s’arrête l’activité de trading pour le contrat actuel ;
  • Note et qualité – spécifie la qualité des actifs de type matières premières physiques.

Quelle est la durée de détention d’un contrat à terme ? 

Bien que la plupart des spécificités des contrats à terme soient assez explicites, beaucoup ont du mal à comprendre les détails de l’expiration. Concentrons-nous donc un peu plus sur ce point.

Les contrats à terme ont une date d’expiration. En d’autres termes, il s’agit de la date à laquelle le contrat doit être réglé d’une manière ou d’une autre.

Cependant, la date d’expiration ne signifie pas que vous ne pouvez pas conserver le contrat plus longtemps. Vous pouvez aussi prendre une position compensatoire ou reconduire le contrat à une date ultérieure. En d’autres termes, ces options vous permettent de prolonger l’expiration ou la maturité du contrat en clôturant le contrat initial et en ouvrant un nouveau contrat à plus long terme. Le contrat doit porter sur le même actif sous-jacent au prix du marché actuel.

Donc, en résumé, vous pouvez détenir un contrat à terme aussi longtemps que vous le souhaitez si vous savez comment faire.

Vous pouvez en apprendre plus sur les différentes options d’expiration sur notre article consacré : What Happens If You Hold a Futures Contract Until Expiration?

Que se passe-t-il quand un contrat à terme expire ?

Tous les contrats à terme expirent. En tant que trader de contrats à terme, vous devriez savoir quoi faire lorsque la date d’expiration approche car elle influence le résultat de vos transactions et votre stratégie de sortie.

À l’expiration, le contrat à terme doit être réglé. Il y a deux façons de le faire : le règlement en espèces ou la livraison physique. Les contrats basés sur des matières premières comme le pétrole, le blé, le maïs, le bois, etc. peuvent être réglés par la livraison dans un lieu physique. En revanche, les contrats sur indices ou sur devises sont réglés uniquement en espèces. Cependant, dans la plupart des cas, la livraison est réglée en espèces, quel que soit l’actif sous-jacent. Dans de rares cas, une livraison physique peut avoir lieu.

Le règlement est effectué et surveillé par la bourse et sa chambre de compensation. Dans le cas d’un règlement financier, la bourse ajuste le solde du compte du trader pour refléter les gains ou les pertes réalisés. S’il s’agit d’un règlement physique, la bourse exige la production et la livraison de la matière première en question par la partie responsable, conformément aux conditions du contrat initial.

Comment trade-t-on les contrats à terme ?

Le marché des contrats à terme est centralisé. L’activité de trading se déroule dans un lieu physique ou dans une bourse, comme le CME, par exemple.

Il y a deux façons principales de trader des contrats à terme en tant que trader de détail. La première consiste à trader sur une bourse par l’intermédiaire d’un courtier. De cette façon, vous pourrez ouvrir un compte et commencer à trader relativement rapidement. Cependant, gardez à l’esprit que trader seul via un courtier est la méthode la plus risquée et la plus compliquée. Vous vous jetez directement dans les “eaux profondes” du marché des contrats à terme et, si vous n’avez pas d’expérience préalable, vous risquerez votre capital. En outre, la plupart des courtiers exigent un capital minimum et pourraient vous facturer des frais élevés. Enfin, vous aurez besoin d’un compte de marge pour pouvoir trader des contrats à terme.

L’autre moyen est via un programme de trader financé comme le Gauntlet Mini™. Pour un petit montant mensuel, il vous offre un programme de formation guidée approfondie avec de nombreux avantages. En outre, vous pouvez suivre le programme à votre propre rythme et en seulement 15 jours. Une fois que vous aurez réussi l’examen de certification à la fin, vous recevrez une offre de trader financé. La réussite du Gauntlet Mini™ ouvrira la voie à une carrière professionnelle de trader de contrats à terme dans une société de prop trading. Ainsi, vous pourrez trader des contrats à terme avec l’argent de quelqu’un d’autre tout en recevant 80 % des bénéfices pour vous-même – zéro risque, de grandes récompenses !

Vous pouvez en apprendre plus sur comment trader les contrats à terme sur notre article dédié.

Pourquoi trader les contrats à terme ?

Le marché des contrats à terme est l’un des marchés les plus sains au monde. Il est très transparent et offre une grande liquidité. Il permet aux investisseurs de détail et institutionnels de trader divers actifs, notamment des actions de matières premières, des obligations, des indices, des devises, des biens immobiliers, etc.

Les marchés de contrats à terme peuvent vous être utiles à différentes fins. Vous pouvez trader des contrats à terme pour spéculer, vous couvrir ou assurer la livraison physique des matières premières qui vous intéressent.

En outre, le trading des contrats à terme est hautement réglementé, ce qui en fait un marché stable où les activités prédatrices sont minimes. La standardisation des contrats à terme sur les bourses contribue à la transparence et à la clarté du processus de trading.

Les contrats à terme sont également beaucoup plus simples et moins risqués que d’autres dérivés comme les options, les contrats de gré à gré, les instruments synthétiques, etc. Consultez notre comparaison des contrats à terme et des contrats d’option pour découvrir les différences entre les deux classes d’actifs et pourquoi la première constitue un meilleur choix pour les débutants.

Qui trade les contrats à terme ?

Les contrats à terme sont utilisés principalement par les opérateurs en couverture et les spéculateurs. Les premiers ont recours au trading de contrats à terme pour compenser les pertes dues à des mouvements du marché allant à l’encontre de leurs positions. Par exemple, de nombreux investisseurs institutionnels qui utilisent le trading de contrats à terme à des fins de couverture utilisent ou produisent habituellement l’actif sous-jacent (par exemple, les compagnies aériennes et le kérosène ; les producteurs de maïs et le maïs, etc.)

La majorité des acteurs du marché utilisent les contrats à terme pour spéculer. Ils achètent et vendent des contrats à terme pour tirer profit des fluctuations de prix à court terme. Par exemple, si un trader achète un contrat à terme et que le prix de l’actif sous-jacent commence à dépasser le prix initial du contrat à l’expiration, il réalise un bénéfice. En revanche, si le prix plonge en dessous du prix d’achat spécifié dans le contrat à terme, à l’expiration, le trader sera du côté des perdants de la transaction. Et vice-versa si vous êtes un vendeur à découvert.

Les spéculateurs tradent souvent sur marge afin d’augmenter leur pouvoir d’achat. Cependant, le trading sur marge est très risqué, surtout si vous êtes un débutant.

Anecdotes sur les contrats à terme

Qui a dit que les contrats à terme ne sont pas amusants ? Voici quelques faits intéressants dont vous n’avez probablement jamais entendu parler :

  • Le CME s’appelait initialement le Chicago Butter and Egg Board – à cette époque, il était toujours connu comme une bourse agricole et de bétail qui tradait principalement des œufs, du bétail, de la poitrine de porc et du beurre ;
  • Les ports maigres s’appelaient initialement “Porcs vivants” – le nom des contrats à terme suivant le secteur des porcs a été modifié pour paraître plus attrayant ;
  • Le bâtiment CBOT a été le premier gratte-ciel de Chicago – construit en 1885 ; il est également le premier bâtiment commercial à utiliser l’éclairage électrique ;
  • La statue de Cérès, la déesse des céréales, au sommet du bâtiment CBOT n’a pas de visage – c’est parce qu’à l’époque, les constructeurs ne pensaient pas que d’autres bâtiments deviendraient assez grands pour qu’on la voit de près ;
  • À une époque, le CBOT était connu pour avoir le plus grand nombre de millionnaires par pied carré au monde ce qui est remarquable compte tenu de l’immense espace physique qui abritait des milliers de traders ;
  • Le premier contrat CBOT était pour 3 000 boisseaux de maïs – il a été tradé le 13 mars 1851 et spécifiait que 3 000 boisseaux de maïs devaient être livrés à Chicago en juin. Le prix était inférieur d’un cent au prix du marché au comptant du 13 mars ;
  • À l’époque où il a eu l’idée d’un contrat à terme financier, Leo Melamed était relativement jeune et craignait que son idée ne soit rejetée – il a demandé à Milton Friedman, l’économiste lauréat du prix Nobel, de l’aider à présenter l’idée et à obtenir l’approbation du conseil d’administration du CME.

L’origine des contrats à terme

Vers 1750 avant J.-C., l’ancienne Mésopotamie (l’Irak actuel) était sous la domination du sixième roi babylonien, Hammurabi. Dans les livres d’histoire, il est connu pour avoir inventé le célèbre Code d’Hammurabi, l’un des premiers codes juridiques écrits au monde. Ce code est célèbre pour ses axiomes “œil pour œil” et “dent pour dent”.

Toutefois, sa 48ème loi a également contribué à façonner la version moderne des contrats dérivés (y compris les contrats à terme). Elle rendait obligatoire la livraison future de biens et d’actifs pour un prix convenu à l’avance. Les règles de chaque transaction étaient consignées dans un contrat.

À l’époque, cela rendait l’échange de marchandises très transparent et simple, ouvrant la voie à un marché des dérivés animé. Les Mésopotamiens de l’Antiquité se réunissaient dans les temples pour échanger des contrats à terme et de gré à gré.

Apprenez-en davantage sur le Code d’Hammurabi et comment il a façonné les marchés des dérivés modernes ici.

L’histoire des contrats à terme

Sous une forme ou une autre, les contrats à terme ont existé depuis des siècles.

Les marchés de contrats à terme de matières premières orientales sont apparus pour la première fois en Angleterre au XVIe siècle. Cependant, la première bourse de contrats à terme organisée moderne a commencé à fonctionner en 1730 à la bourse du riz de Dōjima à Osaka, au Japon. Aux États-Unis, la première bourse officielle de matières premières, le Chicago Board of Trade (CBOT), a été créée en 1848. La première bourse officielle de matières premières en Angleterre, le London Metals and Market Exchange, a été créée en 1877.

Le point commun entre toutes ces bourses est qu’elles sont nées de la nécessité pour les agriculteurs et les producteurs de matières premières de trouver des acheteurs pour leurs produits et vice-versa. C’est pourquoi, historiquement, les bourses de contrats à terme sont toujours apparues dans des lieux géographiquement critiques, comme les grandes villes et les centres de transport, où le commerce est bien développé et où la population est très concentrée.