Earn2Trade Blog
Trading à haute fréquence

Qu’est-ce que le trading à haute fréquence ?

Les progrès de la technologie ont révolutionné les systèmes d’exécution du trading de titres. Les courtiers n’ont pas été les seuls à être impactés par ces changements. Ils ont ouvert d’innombrables nouvelles portes pour les institutions telles que les fonds spéculatifs et les fonds communs de placement, ainsi que pour les traders de détail. Dans le même temps, un segment des investisseurs de la vieille école pourrait être déçu. En effet, le meilleur prix d’exécution qu’ils pouvaient obtenir eux-mêmes n’était plus le meilleur prix possible. La clé pour obtenir de meilleurs prix est d’avoir une vitesse d’exécution plus élevée. Or, ces systèmes de trading à haute fréquence fonctionnent à un rythme impossible à suivre pour les gens. Il n’est plus réaliste de se fier uniquement aux listes des bourses pour vérifier les prix.

Ce système de trading incroyablement rapide offrait également de nombreuses possibilités à un certain nombre de startups ambitieuses. Les investisseurs disposant de fonds considérables préféraient jouer la sécurité plutôt que d’essayer d’être créatifs. Pendant ce temps, la génération suivante maîtrisait bien mieux l’infrastructure des technologies de l’information. Ses membres ont compris que le trading ne se résume pas à la taille de votre capital. Les jeunes programmeurs se sont retrouvés dans une position de niche sur le marché avec la main qui leur était donnée.

Vous pourriez aussi apprécier :

Comment fonctionne le trading à haute fréquence ?

Les algorithmes de trading à haute fréquence (THF) ne conservent la plupart des positions que pendant une fraction de seconde. Ils vendent généralement ce qu’ils achètent presque immédiatement. L’une des caractéristiques de la stratégie THF est qu’elle n’implique pas de positions d’une séance à l’autre. Cette caractéristique rend ses exigences de marge presque nulles. Les entreprises utilisant cette méthode tradent un effet de levier favorable avec leurs courtiers en bourse. Elles peuvent, par exemple, détenir des positions d’une valeur de 1 000 000 $ tout en ne devant déposer qu’un quart de cette somme. Chaque jour, elles disposent de 7,5 heures, soit 27 000 secondes, pour trader avec ces fonds.

Par souci de précision (et de simplicité), supposons que chaque jour compte environ 10 000 secondes pendant lesquelles le système peut placer des transactions. Dans chacune de ces transactions, le trader THF vise à réaliser un bénéfice sur la plus petite fluctuation de prix possible, à environ 0,00025 % du prix total. Cela revient à 2,50 $ par transaction en utilisant les 1 000 000 de dollars disponibles. En soi, cette somme minuscule n’est même pas prise en compte par la plupart des investisseurs. En revanche, lorsqu’elle est répétée 10 000 fois, elle devient 25 000 $ par jour. De plus, c’est presque sans risque dans un système entièrement automatisé. Dans ces conditions, ces micro-entreprises de trading à haute fréquence envisagent un revenu potentiel de 6 250 000 $ au cours d’une année de 250 jours ouvrables. Si l’on compare la garantie requise de 250 000 $ à la capacité de bénéfices, cela semble être une opportunité d’investissement prometteuse.

Les sociétés THF contre les fonds spéculatifs

De nombreux investisseurs ambitieux ont pris connaissance de cette nouvelle technologie. Elle n’a pas manqué non plus d’attirer l’attention des gestionnaires de fonds spéculatifs et de fonds communs de placement, mais seulement après que des capitaux ont commencé à affluer dans ces sociétés de trading à haute fréquence. L’autre préoccupation de ces gestionnaires de fonds est que le trading à grande vitesse entre les sociétés THF ne font que gonfler le volume sans leur donner suffisamment d’informations pour évaluer la valeur réelle des actifs en question par l’analyse technique. Les connaissances qu’ils ont acquises au fil des années d’études et d’expérience ont du mal à concurrencer les bénéfices des entreprises de trading à haute fréquence. Cela les amène à remettre en question la légitimité des bénéfices réalisés par les entreprises de trading à haute fréquence. Beaucoup considèrent même qu’il s’agit d’une manipulation du marché. La raison en est que ces entreprises basent leurs bénéfices uniquement sur le fait que leurs transactions s’exécutent plus rapidement que celles résultant de l’analyse réfléchie des traders professionnels.

Le Flash Crash THF et ses conséquences

Ces doléances ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Les sociétés basées sur le THF ont subi des restrictions en conséquence, ce qui a fait chuter leur nombre. Lors de la ruée initiale vers le THF, les systèmes automatisés représentaient plus de 70 % de l’ensemble du volume des transactions. Cependant, début 2018, ce chiffre est tombé à seulement 50 %.

Aujourd’hui, le trading à haute fréquence sert principalement à maintenir la liquidité à un niveau élevé, ce qui a également apaisé les inquiétudes des gestionnaires de fonds. Les bourses ont imposé de nouvelles règles et exigences en matière de capital pour ces fournisseurs de liquidités. Aujourd’hui, leurs bénéfices proviennent essentiellement de la bourse, sous forme de commissions. C’est leur rémunération pour avoir contribué à assurer la liquidité du marché. En Europe, par exemple, ces sociétés ont dû s’inscrire dans le cadre financier existant, comme le prévoit une partie de la réglementation MiFID 2.