Earn2Trade Blog
La standardisation dans les dérivés

La standardisation sur les marchés de contrats dérivés

Les contrats financiers dérivés sont l’un des instruments d’investissement les plus complexes. Pour les trader avec succès, les acteurs du marché devraient connaître les détails et les subtilités spécifiques de chaque contrat. Les places de marché et les bourses ont introduit des directives et des cadres unifiés qui fixent la norme en matière de qualité, de coûts et d’autres informations détaillées pour un contrat dérivé particulier pour faciliter le trading. Ce guide explore le thème de la standardisation sur les marchés des dérivés, les avantages qu’elle apporte et ce qu’elle signifie pour les investisseurs.

Qu’est-ce que la standardisation des contrats dérivés ?

La standardisation des contrats dérivés rationalise la facilitation du trading ou l’exécution des transactions financières grâce à un cadre d’accords. Ou encore, elle énumère les processus détaillés nécessaires pour garantir la qualité constante d’une offre ou d’une transaction financière particulière.

Elle couvre tous les acteurs du marché dans une transaction, y compris les investisseurs, les gestionnaires de fonds, les courtiers en bourse, etc. Toutes les parties concernées doivent adhérer aux politiques et directives de standardisation. Cela permet de garantir le maintien de la qualité adéquate de l’instrument en question.

Pour faire simple, la standardisation des contrats dérivés est un ensemble uniforme de directives. Toutes les parties acceptent ces directives pour faciliter la façon dont elles interagissent les unes avec les autres. Par exemple, dans le cas des contrats dérivés, ces directives peuvent inclure le nombre d’unités couvertes par chaque contrat, la manière dont nous déterminons le prix lorsque nous pouvons les trader, les options de livraison, etc.

La standardisation s’applique à toutes les activités de trading, y compris l’achat et la vente d’actions, de matières premières, de contrats à terme, d’options, etc. Dans le cas du trading d’actions, les pratiques de standardisation sont beaucoup plus simples. En revanche, les contrats dérivés sont essentiels et raisonnablement plus complexes en raison des spécificités des instruments tradés et de leur règlement.

Quel est l’avantage de la standardisation ?

Grâce à la standardisation, les bourses peuvent s’assurer qu’une offre de produits est cohérente avec d’autres articles équivalents de la même catégorie. Ou sinon, elle garantit que le contrat dérivé aura toujours les mêmes caractéristiques, que vous l’achetiez aujourd’hui ou dans un mois.

Outre le maintien de la cohérence de la qualité, la standardisation des contrats de dérivés assure également une plus grande liquidité, une efficacité d’exécution des transactions et une réduction des coûts.

En outre, elle apporte également de la clarté dans la manière dont nous effectuons les transactions. Ainsi, chaque partie liée à une transaction particulière sait ce qu’elle doit en attendre.

En bref, la standardisation introduit des paramètres préétablis sur le marché des dérivés qui déterminent la taille, les dates de livraison, le prix et d’autres caractéristiques d’un contrat particulier.

Exemples de dérivés standardisés

Les dérivés standardisés sont également connus sous le nom de dérivés négociés en bourse (exchange-traded derivatives-EDT). Les dérivés standardisés les plus courants sont les contrats à terme et les options.

Le rôle de la standardisation dans ces classes d’actifs est d’unifier et de systématiser la manière dont elles sont proposées au marché.

Certains des dérivés standardisés les plus activement tradés incluent :

  • Les contrats à terme S&P 500 E-Mini (ES) tradés sur le CME
  • Les contrats à terme sur le pétrole brut (CL) tradés sur le NYMEX
  • Les contrats à terme sur eurodollars (ED) tradés sur le CME
  • Les contrats à terme sur le maïs (ZC) tradés sur le CBOT
  • Les contrats à terme sur le soja (ZS) tradés sur le CBOT
  • Les contrats à terme sur le gaz naturel Henry Hub (NG) tradés sur le NYMEX

Les contrats d’options sur les matières premières en question figurent également parmi les plus tradés dans la classe d’actifs correspondante.

Cependant, les contrats à terme et les options ne sont pas les seuls dérivés standardisés. Les dérivés d’actions, d’indices, de biens immobiliers, de taux d’intérêt et d’autres instruments sur les marchés publics sont également soumis à ce processus.

Les dérivés hors cote contre les dérivés tradés en bourse

En règle générale, tous les dérivés tradés en bourse sont standardisés. Les dérivés tradés de gré à gré, en revanche, ne le sont pas.

Les instruments tradés sur les marchés publics doivent respecter les guides de standardisation de la bourse concernée. En revanche, les dérivés tradés de gré à gré ne sont pas soumis à des règles de standardisation strictement définies et peuvent être personnalisés.

Cette caractéristique est également ce qui définit les différences entre les deux groupes. En raison de leur nature standardisée, les ETD bénéficient d’une plus grande liquidité. En outre, des régulateurs comme la Securities and Exchange Commission surveillent les actifs que nous tradons sur des marchés comme le Chicago Board Options Exchange (CBOE), l’Intercontinental Exchange (ICE) ou le New York Mercantile Exchange (NYMEX). Un autre avantage est que les chambres de compensation (c’est-à-dire la CFTC) les garantissent. Ce vote de confiance signifie qu’ils réduisent considérablement les risques associés pour les investisseurs participants.

Un autre facteur distinctif est que les dérivés standardisés sont adaptés à tous les types d’acteurs du marché. La liste va des investisseurs de détail aux institutions comme les fonds de pension, les fonds spéculatifs, les gestionnaires d’investissement, etc.

Comment fonctionnent les dérivés négociés de gré à gré ?

En revanche, les dérivés de gré à gré sont beaucoup plus complexes, ce qui fait qu’il est facile de perdre la trace des détails du contrat. Bien que l’absence de standardisation rend les actifs négociés de gré à gré plus flexibles et propices à la personnalisation, elle introduit également plus d’agressivité et de complexité sur le marché, ce qui n’est pas exactement le meilleur environnement pour les investisseurs familiaux. Même s’ils le voulaient, les particuliers et les petits acteurs du marché auraient du mal à trader sur le marché de gré à gré. Le marché lui-même est fortement orienté vers les investisseurs institutionnels.

Les principaux utilisateurs du marché des dérivés de gré à gré sont plusieurs grands investisseurs (baleines) qui y tradent pour éviter de déstabiliser le marché public avec leurs grosses transactions ou simplement pour trader de meilleures conditions. Bien que les transactions hors cote aient généralement des volumes individuels massifs, elles ne sont pas fréquentes. L’activité de trading sur les marchés non réglementés est beaucoup plus rare, ce qui les rend moins liquides. De nombreux instruments ne sont même pas tradés quotidiennement.

Comment sont standardisés les contrats à terme ?

Prenons le CME, par exemple. La bourse a normalisé les termes et les spécifications de chaque contrat à terme qu’elle liste et propose au trading. Ces spécifications comprennent une unité de contrat, une cotation de prix, des heures de trading, une date d’expiration, des procédures de règlement, la taille du lot, la qualité et d’autres détails essentiels.

En outre, les bourses ont également des directives qui précisent les instruments sous-jacents qu’elles peuvent utiliser pour créer des contrats dérivés.

L’idée de la standardisation des contrats à terme est de permettre aux investisseurs de se familiariser plus facilement avec tout ce qu’ils doivent savoir sur les instruments qui les intéressent.

Voyons ce que les principes de standardisation signifient pour la taille des contrats à terme, par exemple. Grâce aux directives définies, chaque contrat est d’une taille raisonnable que les petits investisseurs peuvent se permettre.

La taille d’un contrat à terme standardisé dépend de l’instrument qu’il couvre. Par exemple, avec les contrats à terme sur le maïs (ZC), une seule unité de contrat à terme équivaut à 5 000 boisseaux. En revanche, dans les contrats à terme sur eurodollars (GE), un seul contrat vous achète un indice IMM de 2500 $ par contrat. Enfin, dans les contrats à terme sur le pétrole (CL), la taille d’un seul contrat est de 10 000 barils. Et ainsi de suite.

Comment sont standardisés les contrats d’options ?

Les contrats d’options sont standardisés selon les directives spécifiques de la bourse où ils sont tradés. Les spécificités de la standardisation dépendent du type d’instrument sous-jacent. Prenons l’exemple d’un contrat d’option sur le maïs au CME. La standardisation couvrira les spécificités du contrat telles que l’unité de base, la fluctuation minimale du prix, les heures de trading, les contrats listés, le style d’exercice, la méthode de règlement, et plus encore.

En ce qui concerne les contrats d’options, vous devriez savoir qu’il existe de nombreux types d’instruments que vous pouvez trader. Les spécificités de la standardisation dépendent du marché qui les répertorie. Par exemple, il existe des options sur actions, des options sur obligations, des options sur indices, des options sur devises, des options sur taux d’intérêt, des options sur contrats à terme, et même des options sur les prévisions météorologiques.

Voyons maintenant un exemple de la façon dont la standardisation couvre la taille des contrats d’options sur actions. Selon les règles conventionnelles de standardisation des contrats d’options sur actions, un seul contrat représente habituellement 100 actions de la société en question. L’investisseur doit payer une prime pour chaque contrat qu’il trade.

Imaginons que vous souhaitiez acheter un contrat d’options avec une prime de 0,5 $ par contrat. Dans ce cas, un simple contrat d’option coûterait 0,5 $ x 100 actions = 50 $.

Autres dérivés standardisés

Le dérivé standardisé le plus populaire, à part les options et les contrats à terme, est le swap. Les swaps sont des contrats qui permettent l’échange de flux financiers entre deux parties. Les parties échangent les flux de trésorerie respectifs de leurs instruments financiers contre les flux de trésorerie de l’autre partie lorsque les conditions conviennent mieux à leur stratégie d’investissement.

Ce type d’opération vise à permettre aux investisseurs d’assurer l’échange d’un flux de trésorerie qui les intéresse contre un autre flux qu’ils ne veulent plus détenir.

Il existe différents types de swaps, notamment les swaps de taux d’intérêt, les swaps de devises et les swaps de matières premières. Certains marchés permettent également l’échange de swaps d’obligations et de swaps de contrats à terme.

La standardisation des swaps définit diverses spécificités du contrat, notamment l’unité du contrat, les heures de trading, le flottement minimum du prix, les procédures de règlement, la procédure de livraison, etc. Ces paramètres clarifient l’échange de flux financiers, rendant la procédure de trading des swaps beaucoup plus transparente et moins risquée.

Conclusion

La standardisation est un excellent mécanisme pour aider les acteurs du marché à mieux naviguer sur le marché des dérivés. Elle leur permet de bénéficier de plus de liquidité et de transparence lors du trading. Grâce aux informations sur les prix du marché, les investisseurs peuvent mieux prévoir le résultat de leurs positions. Par conséquent, ils peuvent élaborer des stratégies de gestion des risques plus résistantes. La standardisation aide également les bourses à garantir un environnement de marché sain, aussi accueillant pour les petits investisseurs que pour les grands.

En revanche, les dérivés négociés de gré à gré peuvent être tradés et personnalisés pour répondre aux besoins de chaque partie participant à la transaction. Cependant, les marchés de gré à gré sont plus risqués et sont généralement accessibles aux investisseurs disposant d’un capital important. C’est pourquoi, si vous êtes un investisseur débutant s’intéressant au trading de dérivés, il est conseillé de vous en tenir aux instruments tradés en bourse les plus liquides, où la standardisation protégera vos intérêts.