Earn2Trade Blog
Timothy Dexter

Timothy Dexter

On dit qu’il vaut mieux avoir de la chance que d’être doué. Rien n’incarne mieux le sens de cet adage que l’histoire de Timothy Dexter.

Timothy Dexter était un homme d’affaires du Massachusetts, né en 1747. Sa vie n’a été qu’une suite ininterrompue d’erreurs qu’il a commises. Mais étrangement, il a eu du succès. Il a épousé une riche veuve. Ce n’était pas un mauvais choix en soi, mais les personnes de la haute société dont elle s’entourait pensaient que Timothy était stupide et lui fournissaient délibérément de mauvais conseils.

Les réussites de Timothy Dexter

Il a acheté de la monnaie continentale, bien qu’elle ne valait rien à l’époque et qu’il n’avait aucune expertise en matière de trading de devises. Sa valeur s’était tellement dépréciée que l’expression « ne vaut pas un continental » est née après la guerre d’Indépendance. Finalement, le gouvernement l’a quand même remboursé, et Dexter a obtenu le premier d’une longue série de gains fortuits.

Dexter a utilisé cet argent pour lancer une compagnie maritime, faisant du commerce avec l’Europe et les Antilles. Il a acheté de nombreuses poêles que les habitants de la Nouvelle-Angleterre utilisent pour chauffer leurs lits en hiver. Il a également eu l’idée, pas si géniale, de les vendre aux Antilles, un paradis tropical où la température en janvier descend jusqu’aux températures glaciales de 23 degrés. Son capitaine a réussi à les vendre comme louches pour l’industrie locale de la mélasse, ce qui lui a permis de réaliser un bénéfice substantiel.

Autres affaires à succès

Plus tard, il a également envoyé des moufles en laine aux Antilles. Des moufles ! Heureusement, des commerçants asiatiques de passage les ont achetées pour les vendre en Sibérie.

On lui a fait une farce en lui suggérant d’expédier du charbon à Newcastle, une ville minière d’Angleterre. Il s’agit même d’un vieux dicton anglais : « to ship coal to Newcastle », qui signifie faire quelque chose d’inutile. Il s’est exécuté, et le chargement est arrivé pendant une grève de mineurs. Cela a entraîné plus de bénéfices pour lui.

Ses conseillers de confiance lui ont conseillé cette fois de vendre des gants aux îles des mers du Sud (l’actuelle Polynésie). Il a réussi à les vendre aux Portugais, qui commerçaient avec l’Asie.

Sa société a expédié des bibles aux Indes orientales avant que le christianisme ne devienne populaire dans la région. Heureusement, des missionnaires qui arrivaient ont acheté tout son stock.

Timothy Dexter a expédié des chats errants aux Caraïbes, qui ont été vendus pour lutter contre les infestations de rats.

Il a acheté une grande quantité de fanons de baleine. Il l’a vendue à profit à des fabricants de corsets, au moment où les corsets français sont devenus une tendance populaire.

Sa vie privée

Timothy Dexter était tout aussi arriéré dans sa vie privée. Il disait aux visiteurs que sa femme était décédée. Lorsqu’ils la voyaient se promener, il disait simplement que ce qu’ils voyaient était son fantôme. Il a même simulé sa propre mort pour voir qui assisterait à son enterrement, puis a donné des coups de canne à sa femme parce qu’elle n’avait pas l’air assez dévastée.

À 50 ans, il a écrit un livre sur lui-même intitulé A Pickle for the Knowing Ones or Plain Truth in a Homespun Dress. Ce titre étrange donne un aperçu exact de ce qu’était le livre. Il a été un succès, malgré l’absence de ponctuation et une capitalisation aléatoire. Dans la deuxième des huit impressions, il a ajouté une page ne comportant que de la ponctuation, et a dit aux gens de « peper and solt it as they plese » (la placer où ils voulaient).

Cet écrit et une grande partie de ses affaires peuvent sembler stupides, et c’est vraiment le cas. Rappelez-vous, Timothy Dexter n’était pas seulement stupide, mais il était stupide comme un renard.