Earn2Trade Blog
Matières premières

Les matières premières – Que sont-elles et comment investir avec ?

Les contrats à terme sur matières premières sont un élément essentiel du trading spéculatif. Vous connaissez probablement déjà les différents types de matières premières mais savez-vous comment les trader ? Dans cet article, nous verrons comment investir dans les matières premières et la large gamme de produits disponibles sur le marché des contrats à terme.

Que sont les matières premières ?

En général, la meilleure façon de décrire une matière première est de la décrire comme un produit naturel ou agricole que vous pouvez physiquement échanger. Cela constitue la définition même d’une matière première. Le terme englobe beaucoup de choses différentes, des métaux précieux comme l’or à des produits spécifiques comme le café, le blé, le maïs.

Les bourses classent généralement les matières premières dans des groupes spécifiques en fonction de leurs caractéristiques communes. Ces groupes comprennent :

  • Les énergies
  • Les cultures
  • Le bétail
  • Les métaux de base (ou industriels)
  • Les métaux précieux

Ce n’est pas la liste complète, bien sûr, mais juste certaines des matières premières les plus populaires. Il y en a bien plus à choisir.

Vous pourriez aussi apprécier :

Les caractéristiques du marché des matières premières

Les grandes caractéristiques du marché des matières premières sont restées les mêmes depuis des centaines d’années. Nous pouvons remonter jusqu’au 19ème siècle. À cette époque, les agriculteurs américains ont commencé à utiliser ce que nous appelons aujourd’hui des “contrats de gré à gré”. Ils étaient utiles pour vendre des produits comme le blé et le maïs. L’acheteur et le vendeur convenaient de la livraison d’une matière première spécifique à un prix spécifique à une date future. Afin de réduire le risque pour l’acheteur, le contrat prévoyait également un paiement partiel. Nous l’appelons aujourd’hui “marge”, le solde étant versé à la livraison. En fait, cela réduisait le risque de non-livraison. Dans le même temps, le vendeur était incité à respecter la transaction convenue.

Des organismes d’introduction tels que le Chicago Board of Trade ont permis de trader ces “contrats de gré à gré” dans un environnement contrôlé et réglementé. Aujourd’hui encore, les bourses sont au cœur du système global. Elles fournissent une plateforme sur laquelle on peut trader toute la gamme des contrats à terme de matières premières. Les réglementations et la structure des bourses apportent confiance et certitude aux acheteurs et aux vendeurs. Au final, cela réduit le risque dit systémique pour les deux parties.

Comment fonctionnent les matières premières ?

Dans l’esprit de nombreuses personnes, il existe une grande différence entre les actions/parts et les matières premières. En réalité, la différence est minime. Vous achetez et vendez simplement des “articles” individuels, qu’il s’agisse de métaux précieux, d’actions, de café, de pétrole ou de gaz. Bien que certains des marchés de matières premières les plus traditionnels peuvent encore offrir une zone physique où trader, la grande majorité des bourses sont aujourd’hui “virtuelles”. Elles organisent également la livraison physique elle-même en dehors de la bourse.

On peut affirmer sans risque de se tromper que le trading des contrats à terme sur matières premières est un composant essentiel du marché des matières premières. Tant pour les spéculateurs que ceux recherchant la livraison/réception physique de matières premières spécifiques. Bien que de nombreuses personnes désapprouvent les activités de certains spéculateurs, ce sont ces derniers qui ajoutent un énorme degré de liquidité à ces marchés très actifs. Par essence, une bourse de contrats à terme sur matières premières est une bourse d’informations. Tous les acheteurs, vendeurs, traders et spéculateurs se réunissent pour créer un “juste prix”.

Les cinq plus grandes bourses de matières premières au monde

  • Le London Metal Exchange – La plus grande bourse au monde pour les options sur les métaux
  • Le Climax Exchange (Pays-Bas) – populaire pour les contrats énergétiques et les matières premières environnementales
  • Le Chicago Mercantile Exchange – fournit des contrats à terme et des options pour une gamme de matières premières
  • Le New York Mercantile Exchange – physiquement la plus grande bourse de contrats à terme sur matières premières au monde
  • Le Dubai Mercantile Exchange – la plus grande bourse de contrats à terme énergétiques au Moyen-Orient

Le London Metal Exchange représente plus de 75 % des contrats à terme sur les métaux non ferreux au monde. Quand on y pense vraiment, cela montre la taille énorme de ces bourses. Certaines de ces bourses ont une histoire remontant à des centaines d’années.

Les types de matières premières

Aujourd’hui, le marché des matières premières couvre un large éventail d’actifs. Certains sont destinés à des fins commerciales, d’autres à des investissements spéculatifs. Nous pouvons probablement regrouper ces groupes en sept catégories. Elles consistent en :

Le secteur agricole

Souvent décrit comme “les céréales, les aliments et les fibres”, le marché des matières premières agricoles est absolument énorme. Il inclut le maïs, l’avoine, le soja, l’huile de soja, le blé, le lait, le cacao, le café, le sucre et bien plus encore. Nous parlons d’énormes contrats allant jusqu’à 50 tonnes pour le maïs, 60 000 livres pour l’huile de soja et 10 tonnes pour le cacao.

Le bétail et la viande

Le marché du bétail/de la viande est très actif et tend à tourner autour d’un nombre relativement restreint de matières premières. Il s’agit notamment des bovins d’engraissement, des porcs maigres, des bovins vivants et des flancs de porc. Ce secteur du marché des matières premières est souvent sensible aux tendances de consommation ainsi qu’aux épidémies de maladies animales. Bien que ce sujet puisse sembler ennuyeux, les contrats à terme sur le bétail et la viande peuvent être beaucoup plus volatils que vous ne le pensez !

L’énergie

Le marché des matières premières énergétiques est l’un des plus actifs. Il comprend tout, du pétrole brut au gaz naturel, du fuel de chauffage au propane, et bien plus encore. Le prix du pétrole fait toujours la une des journaux, avec une attraction intéressante dans les deux sens. D’un côté, l’OPEP contrôle le rendement de ses membres pour soutenir le prix du pétrole. En revanche, la demande croissante de technologies et de carburants verts réduit la demande de pétrole.

Il suffit de demander à Elon Musk ce qu’il pense du passage aux technologies vertes. Il a créé une entreprise de voitures électriques évaluée aujourd’hui à 270 milliards de dollars, qui réalise encore un bénéfice relativement faible. Avec une participation de 20 % valant plus de 50 milliards de dollars et un système de bonus qui pourrait lui rapporter 55 milliards de dollars supplémentaires. Pas mal pour un homme qui a repris l’entreprise parce qu’il était le dernier fondateur encore présent !

Les produits forestiers

Vous pensez peut-être que le marché des produits forestiers est réservé exclusivement aux bûcherons. Détrompez-vous ! Le trading de la pâte de feuillus, de la pâte de bois résineux et du bois de longueur variable est beaucoup plus populaire que vous ne le pensez. Mais il n’est pas encore très populaire dans l’ensemble.

Les métaux de base

Le London Metal Exchange domine le marché des métaux de base. Les traders tradent des produits tels que le plomb, le zinc, l’étain, le cuivre, l’aluminium, les alliages d’aluminium, le nickel, le cobalt, le molybdène et divers types d’acier. Ces prix sont déterminés par les tendances économiques dans le monde. Celles-ci peuvent avoir un impact important sur la construction et donc sur la demande d’aluminium et d’acier.

Les métaux précieux

L’or est l’un des métaux précieux les plus populaires. Saviez-vous que le Conseil Mondial de l’Or estime qu’il y a moins de 200 000 tonnes métriques d’or dans le monde ? Le palladium est en réalité plus cher que l’or. Le premier se trade à 2200 dollars l’once alors que le prix de l’or avoisine les 1900 dollars l’once. Les traders et les investisseurs utilisent souvent l’or comme une couverture contre les périodes économiques difficiles. Les traders ne détiennent généralement pas de contrats à terme sur métaux précieux jusqu’à leur expiration.

Les autres

Il existe de nombreux autres marchés de contrats à terme sur matières premières dans le monde. La liste inclut l’huile de palme, le caoutchouc, la laine, l’ambre et de nombreuses autres matières premières. Il y aura toute une série d’autres matières premières ayant des marchés locaux actifs mais n’étant pas adaptés au trading international.

Comment investir dans les matières premières

Il est maintenant temps d’examiner les moyens d’investir dans les matières premières. Heureusement, il existe de nombreux moyens différents de le faire. Il s’agit notamment des contrats à terme, des FNB, des actions, des fonds communs de placement et des fonds indiciels, sans oublier les pools de matières premières. Alors, passons aux choses sérieuses !

Un exemple de trading de contrats à terme de matières premières

Le pétrole, l’or et le café sont probablement trois des marchés de matières premières les plus populaires aujourd’hui. Nous allons utiliser le pétrole brut pour démontrer la composition d’un contrat à terme.

Les spécifications du pétrole brut

Symbole du produitCL
Taille du contrat1 000 barils (approximativement 136 tonnes métriques)
Fluctuation de prix10,00 $ par contrat (0,01 $ par baril)
Mois de tradingListe des contrats mensuels pour l’année en cours et les 10 années civiles suivantes et 2 mois de contrat supplémentaires. Les contrats mensuels sont listés pour une nouvelle année civile et 2 mois d’échéance supplémentaires après la fin du trading du contrat de décembre de l’année en cours.
Fin du tradingLe trading prend fin trois jours ouvrables avant le vingt-cinquième jour civil du mois précédant le mois d’échéance. Si le vingt-cinquième jour civil n’est pas un jour ouvrable, le trading prend fin trois jours ouvrables avant le jour ouvrable précédant le vingt-cinquième jour civil.
Heures de tradingDu dimanche au vendredi : 18h – 17h (17h – 16h CT) avec une interruption de 60 minutes tous les jours commençant à 17h (16h CT)
Source : CME

La taille du contrat

Pour les contrats à terme sur le pétrole brut, chaque contrat équivaut à 1 000 barils de pétrole brut. Chaque contrat à terme pour différentes matières premières aura des tailles de contrat différentes dont vous devez être conscient. Un contrat n’est pas égal à un baril. Pour avoir une exposition à 1 000 barils de pétrole brut, il suffit d’acheter un contrat. Dans l’exemple ci-dessus, nous avons acquis deux contrats, ce qui équivaut à 2 000 barils de pétrole brut.

Le prix de contrats à terme par baril

Lorsque vous observez les contrats à terme sur matières premières, le prix indiqué correspond à la livraison à la fin du contrat. Dans le cas présent, nous payons 40 $ par baril de pétrole brut pour une livraison en octobre 2020.

Le dépôt de garantie initial minimum

Imaginons que nous acquérons 2 contrats de pétrole brut (équivalant à 2 000 barils). À 40 $ le baril, cela équivaut à un investissement de 80 000 $. L’un des principaux attraits des contrats à terme est que vous ne payez qu’un pourcentage relativement faible de la valeur de chaque contrat. C’est ce que l’on appelle la marge initiale. Elle se situe généralement entre 3 et 12 % de la valeur de chaque contrat. Elle varie selon les marchés et les matières premières. Dans notre exemple, pour simplifier les chiffres, nous utiliserons une marge initiale de 10 %.

L’exigence de marge de maintien

Comme vous pouvez le constater dans les chiffres ci-dessus, la marge initiale requise pour chaque contrat à terme sur pétrole brut est de 4 000 $. Cela représente 10 % de la valeur de chaque contrat (40 000 $). Il y a également une marge supplémentaire à prendre en considération, connue sous le nom de marge de maintien. Si le solde de votre compte de marge initiale (10 % de la valeur de chaque contrat plus tout dépôt en espèces) tombe en dessous de la marge de maintien, il y aura un “appel de marge”. La marge de maintien est fixée par la bourse de contrats à terme et, dans ce cas, elle est de 3 000 $ par contrat.

L’appel de marge

Si le solde de votre compte de marge initiale devait tomber en dessous de la marge de maintien requise, vous devriez déposer des fonds supplémentaires. Suffisamment pour que le solde remonte jusqu’à la marge initiale. Dans l’exemple ci-dessus, la marge initiale est de 4 000 $ par contrat. Donc, si la marge du contrat tombe à 3 000 $, il n’y aura pas d’appel de marge. Si elle tombait à 2500 $, vous seriez obligé de déposer 1500 $. C’est ce dont vous avez besoin pour ramener le solde de votre compte de marge au niveau de la marge initiale. Notez que le dépôt supplémentaire doit être suffisant pour porter le solde de votre compte de marge à 4 000 $, et non à 3 000 $.

L’arme à double tranchant de l’effet de levier financier

Comme vous ne devez déposer que 10 % de la valeur de chaque contrat à terme sur le pétrole, vous bénéficiez effectivement d’un effet de levier de 10 fois. Pour chaque millier de dollars de marge que vous déposez, cela équivaut à une valeur de contrat de 10 000 $. Dans l’exemple ci-dessus, nous avons pu acquérir deux contrats à terme sur le pétrole d’une valeur de 80 000 $ pour un versement initial de seulement 8 000 $. Le prix des deux contrats a augmenté à 90 000 $, créant ainsi un bénéfice de 10 000 $. En résumé:-

  • La valeur du contrat est passée de 80 000 $ à 90 000 $ ou 12,5 %
  • Dans ce cas, l’investissement en contrats à terme est passé de 8 000 $ à 18 000 $ (en tenant compte du deuxième appel de marge), créant ainsi un bénéfice de 10 000 $ ou un gain de 125 %.

Bien que l’effet de levier de la négociation sur marge soit très utile lorsque le prix est en hausse, il multiplie également vos pertes par 10 en cas de baisse. Si, par exemple, il y avait une baisse à court terme de la valeur du contrat, même si vous aviez raison sur la tendance à long terme, mais que vous n’étiez pas en mesure de payer la marge supplémentaire, vous devriez vendre à perte. Le timing est crucial !

Les différents types d’investissement

Investir dans les matières premières avec les contrats à terme

Ceux qui choisissent d’investir dans les contrats à terme de matières premières ont tendance à appartenir à une de deux catégories :

  • Les investisseurs commerciaux
  • Les investisseurs spéculatifs

Les investisseurs commerciaux utilisent le marché des contrats à terme pour garantir un approvisionnement constant d’un produit particulier tel que le pétrole brut. Si, par exemple, ils ont acquis des contrats à terme sur le pétrole brut en octobre 2020, ils récupéreront le produit physique à l’expiration du contrat à terme. Quant aux investisseurs spéculatifs, ils cherchent à liquider leurs contrats à terme avant l’expiration. Par conséquent, ils ne récupéreraient pas la matière première physique en question.

Il convient de mentionner que la grande majorité des contrats à terme sont fermés avant l’expiration et qu’aucune matière première physique ne change de mains. Cependant, il serait faux de donner l’impression que le marché à terme des matières premières est purement spéculatif. Il joue un rôle très important pour les entités commerciales ayant besoin de produits tels que le pétrole brut pour leurs activités.

Investir dans les matières premières avec les FNB

Les fonds négociés en bourse (FNB) sont extrêmement populaires et offrent aux investisseurs un moyen d’acheter et de vendre des parts de véhicules d’investissement exposés à des secteurs particuliers du marché. Par exemple, les FNB de matières premières utilisent un mélange de stockage physique et de contrats à terme pour créer une exposition à une matière première individuelle ou à un panier de qualités similaires. Par exemple, vous pouvez avoir un FNB qui se concentre sur les produits agricoles, les métaux précieux ou même les ressources naturelles.

Contrairement aux fonds communs de placement et aux fonds indiciels, les FNB peuvent se trader sur le marché boursier pendant les heures normales de marché alors que les fonds communs de placement et les fonds indiciels fixent leur prix en fin de journée. Il s’agit d’un facteur très important car si, par exemple, une matière première particulière était en chute libre, cela aurait un impact sur la valeur du véhicule d’investissement FNB. Avec un FNB axé sur les matières premières, vous pourriez vendre vos actions dès que les actualités commencent à émerger, mais avec un fonds commun de placement ou un fonds indiciel axé sur les matières premières, vous devez attendre la fin de la journée – et à ce moment-là, votre investissement pourrait avoir encore plus souffert.

Les FNB sont également un moyen très utile de diversifier votre portefeuille dans le monde des matières premières. Même si vous avez relativement peu d’expérience dans ce domaine. Il s’agit de fonds gérés. À toutes fins utiles, vous achetez une part du fonds sous-jacent. Cependant, vous n’avez aucune influence directe sur les décisions d’investissement. Si l’on considère également la valeur des contrats à terme sur matières premières, les exigences de marge et le coût du stockage physique, ce type de véhicule d’investissement offre un moyen très rentable de s’exposer aux matières premières de votre choix.

Investir dans les matières premières avec des actions

Il existe de nombreux exemples d’actions offrant une exposition à des matières premières individuelles ou à des paniers de matières premières. Par exemple, le groupe Rio Tinto est une société minière multinationale anglo-australienne. Elle est particulièrement exposée au minerai de fer, au cuivre, aux diamants, à l’or et à l’uranium. C’est l’une des nombreuses grandes multinationales minières offrant un moyen d’introduire une exposition aux matières premières à votre portefeuille. Il existe d’autres grandes entreprises à surveiller. ExxonMobil est une entreprise intéressante pour le prix du pétrole. Southern Copper Corp est évidente. Ainsi que de nombreuses autres sociétés axées sur les matières premières agricoles.

L’un des rares inconvénients de l’investissement dans les matières premières avec des actions est que le choix de sociétés individuelles introduit également un certain degré de dépendance vis-à-vis des directeurs gérant la société. Il peut donc être judicieux de répartir les fonds d’investissement destinés à une matière première sur plusieurs sociétés. Cela permet de diversifier le risque de gestion lié à l’investissement individuel dans chaque société. Cependant, cela vous donnera toujours une exposition significative à la/aux matière(s) première(s) de votre choix. Outre le fait que les sociétés cotées en bourse peuvent être tradées pendant les heures normales de marché, les grandes sociétés centrées sur les matières premières ont tendance à être extrêmement liquides.

Les autres facteurs à prendre en compte

Il y a aussi l’arme à double tranchant que représente l’absence de date d’expiration pour les investissements directs dans les sociétés cotées. Toutefois, dans le meilleur des cas, vous paierez une marge nettement plus élevée et, dans le pire des cas, vous devrez couvrir 100 % d’un investissement.

Il est également utile de tenir compte du fait que de nombreuses sociétés basées sur les matières premières ont réussi à créer des flux de revenus très importants et sont souvent en mesure de verser des dividendes intéressants (ainsi que des possibilités de plus-value). Comparez cela aux contrats à terme, qui ne versent pas de dividendes, et aux sociétés technologiques, par exemple, qui mettent généralement l’accent sur l’appréciation du capital. Dans de nombreux cas, par exemple avec l’or, l’exposition à certaines matières premières peut constituer une sorte de police d’assurance/couverture contre une économie générale en difficultés.

Investir dans les matières premières avec des fonds commun de placement et des fonds indiciels

En règle générale, les fonds communs de placement et les fonds indiciels ne sont pas cotés en bourse et ne sont pas acquis par l’intermédiaire des courtiers en bourse habituels, les transactions s’effectuant directement avec la société de gestion. Comme les FNB, les fonds communs de placement et les fonds indiciels représentent une part importante des marchés d’investissement, offrant une exposition à différents secteurs, différents pays, différents indices et également différentes matières premières. Ils sont gérés de la même manière que les FNB en utilisant un mélange de contrats à terme sur matières premières et de stockage physique de matières premières pour s’exposer à des secteurs spécifiques du marché.

Comme nous l’avons évoqué plus haut, si vous ne payez normalement pas de commission lorsque vous investissez dans un fonds commun de placement ou un fonds indiciel, le prix est fixé à la fin de chaque journée. Par conséquent, si, par exemple, une matière première particulière comme le pétrole, l’or, etc. était en chute libre pendant la journée, vous ne pourriez pas vendre vos parts de fonds mutuels/indiciels avant la fin de la journée, lorsque le prix est fixé. Par conséquent, il est juste de dire que les fonds communs de placement/indiciels sont peut-être plus appropriés pour ceux ayant un horizon d’investissement à long terme.

Investir dans les matières premières avec des pools de matières premières

Le meilleur moyen de décrire un pool de matières premières est de le décrire comme une structure d’investissement privée où les contributions des investisseurs individuels sont regroupées pour augmenter l’effet de levier. Les fonds individuels ont tendance à se concentrer sur des matières premières spécifiques ou un panier particulier de matières premières liées. Ils sont souvent appelés “fonds de contrats à terme gérés” et le fait qu’il s’agisse d’entités privées signifie souvent que le grand public a un accès limité à ce secteur particulier du marché. Les courtiers ont souvent des contacts sur le marché des matières premières, ce qui peut inclure l’accès aux pools de matières premières.

Lorsque nous faisons référence à l’effet de levier, cela peut donner l’impression d’une stratégie d’investissement hautement spéculative. Si l’effet de levier des contributions combinées des investisseurs fait partie intégrante des investissements dans les pools de matières premières, toutes les transactions sont effectuées dans le cadre d’un profil de risque défini. Les pools de matières premières sont généralement gérés par des experts dans des domaines particuliers, ce qui évite aux investisseurs individuels de prendre des décisions. La liquidité d’un pool de matières premières dépend de la taille et du nombre d’investisseurs dans ces véhicules privés. Ils ne seront pas aussi liquides que les actions cotées en bourse, les FNB ou les fonds mutuels/indiciels.

Les avantages et inconvénients d’investir dans les matières premières

Dans cette section, nous examinerons les avantages et les inconvénients généraux de l’investissement dans les matières premières. Ensuite, nous aborderons la question du point de vue des contrats à terme sur matières premières.

Les avantages d’investir dans les matières premières

Il y a de nombreux avantages à investir dans les matières premières dont :

Une couverture contre l’inflation

De nombreuses matières premières peuvent offrir une couverture contre une forte inflation, l’or étant historiquement considéré comme une valeur refuge par beaucoup. Le fait que de nombreuses matières premières soient évaluées en dollars ajoute également à cette valeur de couverture car le dollar est souvent considéré comme la monnaie de prédilection en période de forte inflation.

Une diversification du portefeuille

Lorsque l’on investit dans les matières premières, directement ou indirectement, cela offre une forme très utile de diversification du portefeuille. Non seulement cela permet d’équilibrer les rendements à long terme, mais cela peut aussi réduire la volatilité.

Des rendements potentiellement élevés

Il existe un argument pour suggérer que la possibilité d’investir directement dans les matières premières réduit les risques traditionnels associés aux actions tels que le risque de gestion. Par conséquent, il existe un potentiel de rendement accru.

Les inconvénients d’investir dans des matières premières

Comme pour tout type d’investissement, il y a quelques inconvénients dans les matières premières tels que:-

Un risque potentiellement élevé

Étant donné que l’investissement direct dans les matières premières est un jeu de hasard, certains secteurs du marché peuvent être considérés comme potentiellement à haut risque.

Une corrélation proche avec l’économie mondiale

En contrepartie de l’argument selon lequel les matières premières constituent une protection contre l’inflation, elles sont également très étroitement liées à l’économie mondiale. En cas de récession, comme celle de 2008/2009, la demande de pétrole et d’autres matières premières serait réduite.

La livraison physique

Il existe des coûts supplémentaires associés à la livraison physique des matières premières, même si, en réalité, la grande majorité des contrats à terme sur matières premières sont fermés avant l’expiration.

Les avantages d’investir dans les contrats à terme sur matières premières

Le marché des contrats à terme sur matières premières offre la possibilité de créer une exposition à un éventail de différentes matières premières avec divers avantages tels que :-

L’effet de levier des investissements

L’effet de levier offert par les contrats à terme sur matières premières, où vous négociez sur marge, peut être très avantageux si le prix de la matière première sous-jacente évolue comme prévu.

Moins de manipulation

Il existe un argument selon lequel les prix des matières premières sont moins susceptibles à la manipulation parce qu’ils sont basés sur une simple formule d’offre et de demande. Bien que nous ayons assisté à des cas de manipulation du marché dans le secteur des matières premières, cet argument est généralement correct.

La diversification

Les contrats à terme sur matières premières offrent une forme de diversification très intéressante, surtout lorsqu’ils sont acquis à côté d’un portefeuille traditionnel.

Une couverture contre les fluctuations de prix

La possibilité d’acquérir des contrats à terme de matières premières pour une livraison future offre une couverture précieuse contre les fluctuations de prix, surtout pour les investisseurs commerciaux.

La liquidité du marché

Les marchés des matières premières, comme le pétrole, l’or et les produits agricoles, sont extrêmement liquides et très sûrs. Cela crée un environnement dans lequel des transactions importantes peuvent s’effectuer avec un impact relativement faible sur les prix à court terme.

Les inconvénients d’investir dans les contrats à terme de matières premières

Tout type d’investissement comporte toujours des avantages et des inconvénients. Il est donc important de prendre garde aux inconvénients lorsque vous investissez dans des contrats à terme sur matières premières :-

L’effet de levier des investissements

Bien que nous ayons décrit l’effet de levier des investissements comme un avantage, il peut aussi être un inconvénient si le prix des matières premières sous-jacentes n’évolue pas comme vous le souhaitez. Par exemple, lorsque vous négociez avec une marge de 10 %, votre position est multipliée par 10 – à la hausse comme à la baisse.

Une durée de vie limitée

Comme les contrats à terme sur matières premières ont une échéance fixe, la fenêtre d’opportunité pour gagner de l’argent est très limitée. Si le prix sous-jacent de la matière première vous pénalise à court terme, le temps de récupération peut être limité.

Une sensibilité à l’activité économique

Bien que la sensibilité des prix de certaines matières premières à l’activité économique mondiale puisse être un avantage, elle peut aussi être un inconvénient si les économies sont en difficulté. Si l’on prend l’exemple du pétrole, en cas de ralentissement économique mondial, il y aura une réduction naturelle de la demande de pétrole, ce qui aura un impact sur le prix.

Une sensibilité à l’activité politique

Vous pouvez également constater que certaines matières premières sont sensibles à l’activité quasi-politique, comme par exemple l’accord de l’OPEP sur une augmentation de la production de pétrole pour ses membres. Ce n’est qu’un exemple montrant l’influence potentielle de parties ayant leurs propres objectifs.

Une sensibilité à la météo

La réussite et le rendement de diverses cultures de par le monde sont souvent lourdement influencées par la météo. Par conséquent, le prix de certaines matières premières sera sensible aux schémas météorologiques et au changement climatique à long terme.

Ce sont ci-dessus des exemples de certains des avantages et inconvénients à investir directement dans des matières premières et tout particulièrement via le marché des contrats à terme.

Qui investit dans les matières premières ?

Le marché des matières premières accueille un certain nombre d’investisseurs différents, tels que les acheteurs, les producteurs, les spéculateurs et ceux recherchant une couverture. Par conséquent, ces marchés sont extrêmement liquides et capables d’accueillir de grandes transactions sans que cela ait un impact sur le prix des matières premières sous-jacentes. Il s’agit de l’environnement idéal pour les institutions et les investisseurs de fonds spéculatifs cherchant à prendre des positions importantes sur des matières premières individuelles.

Les acheteurs et producteurs

Le marché des contrats à terme des matières premières offre aux acheteurs et aux producteurs de nombreux secteurs d’activité différents la possibilité de se protéger contre les fluctuations futures des prix. La possibilité d’acheter et de vendre des matières premières à un prix garanti pour une livraison future permet aux entreprises de planifier avec un certain degré de certitude. Par exemple, si nous examinons le marché des contrats à terme du pétrole, nous constatons que des contrats expirent à la fin de chaque mois – échelonnés sur 12 mois dans le futur. Par conséquent, les entreprises dépendant du prix du pétrole peuvent planifier leurs livraisons physiques chaque mois pour les 12 prochains mois grâce au marché des contrats à terme.

Cette capacité à planifier 12 mois à l’avance, que ce soit par le biais de contrats à terme mensuels ou trimestriels sur les matières premières, permet aux entreprises d’aplanir la courbe de volatilité des prix, offrant ainsi au consommateur final un prix plus stable. Si les entreprises dépendant des matières premières individuelles avaient une visibilité réduite pour l’avenir, le prix de leurs produits finis serait beaucoup plus volatil. Il y a également une répercussion pour d’autres entreprises telles que les sociétés de transport ayant besoin d’un certain degré de stabilité dans le prix du pétrole/de l’essence pour structurer leurs contrats clients à l’avenir.

Les spéculateurs

Si vous suivez les marchés d’investissement, vous verrez souvent les spéculateurs critiqués dans la presse pour avoir influencé les prix dans leur recherche de bénéfices à court terme. En réalité, les spéculateurs causent une grande partie de la liquidité des principaux marchés de contrats à terme sur matières premières, profitant souvent de positions surachetées ou survendues. Nombre d’entre eux cherchent également à effectuer des arbitrages entre des marchés individuels où les prix des contrats à terme sur des matières premières spécifiques peuvent être légèrement désynchronisés. Ainsi, de diverses manières, les spéculateurs contribuent à garantir un prix équitable pour les actions, les indices et les matières premières et à “corriger” les positions de surachat et de survente.

Pendant ce temps, les acheteurs et les producteurs de contrats à terme sur marchandises individuelles conservent souvent leurs positions jusqu’à l’expiration. Ensuite, ils livrent ou prennent livraison des marchandises physiques. La situation est très différente pour les spéculateurs. Pour eux, il est rare de conserver leurs positions sur les contrats à terme sur matières premières jusqu’à l’expiration. La grande majorité des contrats à terme sur matières premières sont fermés avant l’expiration. Le rôle des spéculateurs de contrats à terme sur matières premières est souvent mal compris. Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, ils représentent un composant vital de tout marché de matières premières.

Les opérateurs en couverture

Bien que le rôle de ceux cherchant à couvrir leurs positions soit souvent mal compris, cela est semblable à l’attitude des consommateurs souscrivant une assurance habitation. L’achat d’une assurance habitation vous permet de protéger la valeur de votre maison et des biens qu’elle contient, bien que la majorité des polices d’assurance habitation ne soient jamais utilisées. Dans sa forme la plus élémentaire, la couverture est l’utilisation d’instruments financiers pour réduire l’exposition au risque en compensant une position existante.

Un exemple parfait de couverture serait celui d’un agriculteur cultivant du blé pour le vendre sur le marché. Il faut en moyenne 7 à 8 mois pour qu’une récolte de blé arrive à maturité, période pendant laquelle le prix du blé peut connaître une très grande volatilité. Cependant, en couvrant sa future récolte sur le marché des matières premières, l’agriculteur peut vendre des contrats à terme sur le blé pour couvrir la totalité de sa récolte à un prix fixe pour une livraison à une date fixe. Ainsi, en théorie, lorsque les agriculteurs plantent leur récolte de blé, ils connaissent déjà le prix qu’ils recevront au moment de la récolte.

Il serait presque impossible de gérer une entreprise agricole sans contrats à terme. Une fois que l’on s’est engagé à planter une culture, on n’a aucune idée du prix que l’on recevra à la récolte. Comment peut-on planifier sans un certain degré de certitude ?

Les matières premières conviennent-elles aux débutants ?

Bien qu’il existe de nombreuses façons d’investir dans les matières premières, la plus populaire est de loin celle des contrats à terme. Comme vous négociez sur marge (entre 3 et 12 %), l’effet de levier sur un contrat à terme sur matières premières peut s’élever jusqu’à 30 fois. C’est bien beau d’augmenter ses bénéfices à ce point, mais le revers de la médaille, c’est que vous pouvez très vite voir apparaître des pertes énormes sur des fluctuations relativement faibles du prix des matières premières. Il existe d’autres moyens moins volatils d’investir dans les marchés des matières premières, comme les FNB, les fonds communs de placement, les fonds indiciels et même les entreprises individuelles. Il est juste de dire que les contrats à terme sur matières premières doivent être étudiés en détail avant même d’envisager un investissement.

Quelles sont les matières premières les plus tradées ?

Bien que la liste complète des matières premières pouvant se trader sur les marchés de par le monde soit immense, nous allons à présent jeter un œil aux 10 matières premières les plus tradées en 2019 :-

  1. Le pétrole brut
  2. Le café
  3. Le gaz naturel
  4. L’or
  5. Le Brent
  6. L’argent
  7. Le sucre
  8. Le maïs
  9. Le blé
  10. Le coton

Il peut être difficile de se faire une idée de la taille de ces énormes marchés de matières premières mais, par exemple, en 2019, la demande mondiale de pétrole brut était de 100 millions de barils par jour. Alors que la demande devrait tomber à environ 91 millions de barils par jour en 2020, c’est un marché absolument énorme. La production mondiale de café au cours de l’exercice 2019/20 devrait être d’environ 167 millions de sacs, ce qui estime le marché mondial du café à près de 30 milliards de dollars.

Si l’on considère que les chiffres ci-dessus se rapportent à la livraison physique de ces matières premières, et que la majorité des contrats à terme seront fermés avant l’expiration, le volume et la valeur des marchés de contrats à terme sur matières premières individuelles seront plusieurs fois supérieurs à la valeur du marché physique.

Conclusion

En réalité, les marchés mondiaux des matières premières influencent tous les secteurs d’activité à travers le monde. Ils tentent également d’influencer le prix que les consommateurs paient pour les biens et les services. Ce n’est que lorsque l’on se penche sur ces marchés que l’on commence à apprécier leur influence et leur taille. De nombreuses entreprises auraient du mal à survivre sans la possibilité d’acheter et de vendre des contrats à terme sur matières premières. En tant qu’entreprise dépendant d’une matière première particulière, ou en tant que fournisseur d’une matière première sur le marché, il serait impossible de fonctionner au jour le jour avec des fluctuations de prix volatiles.

Plus vous vous pencherez sur le monde des matières premières et des contrats à terme sur matières premières, plus vous vous poserez de questions. Quels sont les plus grands marchés de contrats à terme ? Quelle est la matière première la plus précieuse ? Les marchés des matières premières sont-ils uniquement destinés aux spéculateurs ? La liste est sans fin.

F.A.Q

Est-ce risqué d’investir dans une matière première ?

Les marchés des matières premières offrent une plateforme d’investissement pour les acheteurs et les producteurs à une extrémité du spectre, et pour les spéculateurs à l’autre extrémité. En réalité, le marché des matières premières peut être aussi risqué ou relativement sûr que vous le souhaitez. L’achat et la vente de contrats à terme pour protéger des positions ou pour parier sur des fluctuations de prix à court terme fournissent une énorme liquidité sur les marchés de matières premières les plus populaires. L’existence d’un effet de levier, en tradant sur marge, attire de nombreux spéculateurs mais, comme nous le savons, l’effet de levier est une arme à double tranchant.

Quelle matière première dispose de la plus grande valeur ?

En termes de transactions à terme sur matières premières, le pétrole brut est la matière première la plus tradée, même si la demande a chuté de façon spectaculaire ces dernières années. Le café, le gaz naturel et l’or sont extrêmement populaires avec d’énormes volumes de contrats à terme sur matières premières tradés chaque année.

Combien gagnent les traders en matières premières ?

Il est très difficile de dire avec certitude combien gagnent les traders en matières premières chaque année car beaucoup d’entre eux recevront un salaire de base et d’énormes primes en cas de succès. Cependant, un rapport de HC Insider de 2013 a révélé que les traders en matières premières ayant moins de trois ans d’expérience pouvaient s’assurer un salaire de base compris entre 100 000 et 150 000 $ par an. Ceux ayant plus de cinq ans d’expérience pouvaient espérer un salaire de base compris entre 200 000 et 350 000 $ par an. N’oubliez pas que ces chiffres ne sont pas représentatifs des bénéfices potentiels futurs.