Earn2Trade Blog
La vente à découvert

La vente à découvert │ L’examen d’une stratégie de trading populaire

La vente à découvert est une stratégie de trading partant du principe que le prix d’un actif va baisser. La vente à découvert d’une action est l’inverse de l’investissement traditionnel (« position longue »). Pour vendre à découvert, on emprunte d’abord des actions d’un titre et on les vend sur le marché libre. Suite à la chute du cours, l’idée est de racheter les actions et d’empocher la différence. La quantité d’ordres à découvert en cours est ce que nous appelons l’intérêt à découvert. Il s’agit d’un baromètre inverse du sentiment du marché.

Cet article explique les mécanismes de la vente à découvert d’une action, et comment les traders peuvent utiliser les transactions à découvert pour profiter des baisses de prix.

Qu’est-ce que la vente à découvert ?

La vente à découvert est une stratégie de trading à laquelle ont tendance à recourir les traders qui pensent que le prix d’un actif va baisser. Ces personnes doivent avoir quelqu’un (généralement une société de courtage) disposé à leur prêter les actions. Ils vendent les actions empruntées, en spéculant qu’ils peuvent les racheter à l’avenir à un prix inférieur.

Contrairement aux positions longues, les positions courtes ont un potentiel de baisse illimité. En effet, les courtiers en bourse peuvent liquider la position courte d’un trader à tout moment. Comme les prix peuvent théoriquement monter à n’importe quel niveau, l’engagement de rachat comporte un risque illimité. Pour se protéger contre ces risques, les vendeurs à découvert ouvrent généralement des ordres stop (également appelés ordres « de vente stop »), qui sont exécutés lorsque le cours d’une action atteint un certain niveau, limitant ainsi les pertes du trader.

Vous pourriez également apprécier :

Comment fonctionne la vente à découvert

Tous les vendeurs à découvert doivent disposer de ce que l’on appelle un compte sur marge, où les courtiers prêtent aux traders des espèces ou des titres. Les conditions d’ouverture des comptes sur marge varient d’une entreprise à l’autre, mais la plupart exigent au moins 2 000 $ en espèces. En outre, les traders doivent disposer de réserves de liquidités suffisantes pour emprunter le titre qu’ils souhaitent vendre à découvert. Certains titres très volatils peuvent nécessiter des réserves supplémentaires.

Ensuite, les traders ouvrent un ordre de vente à découvert de l’action. Comme pour tout ordre de vente, les traders peuvent choisir soit de prendre le prix du marché, soit d’attendre que le prix atteigne un seuil en utilisant un ordre à cours limité. Dans ce dernier cas, ils peuvent également spécifier un délai.

Une fois la position courte ouverte, les traders attendent que le prix baisse. Vous pouvez clôturer la position par un ordre d’achat au marché ou à cours limité. En outre, les vendeurs à découvert peuvent ouvrir des ordres de vente stop. Cet ordre ferme automatiquement la position lorsqu’elle atteint un certain seuil de perte.

Le coût de vendre des actions à découvert

Les coûts d’ouverture d’une position courte sont plus complexes que ceux associés à une position longue. Les coûts liés à la vente à découvert d’une action sont les suivants :

Les frais de marge : comme tout autre prêt, l’emprunt de titres auprès d’un courtier en bourse n’est pas gratuit. Les frais habituels pour les prêts sur marge sur les actions sont de l’ordre de 0,30 % par an. Pour les titres particulièrement recherchés (par exemple, les titres dits « difficiles à emprunter »), les frais peuvent atteindre 20 à 30 % par an.

Les frais de dividendes : si une action empruntée verse un dividende, celui-ci devient une dette que le vendeur à découvert doit au courtier en bourse. De même, le vendeur à découvert supporte tous les autres frais liés à l’action (par exemple, les divisions d’actions, les dérivations, les émissions d’actions gratuites, etc.)

Le risque d’investissement : si le prix d’un titre vendu à découvert augmente, l’investisseur est responsable du rachat de l’action au prix gonflé. Comme les prix peuvent évoluer incroyablement rapidement, ce risque peut être imprévisible et important.

Pourquoi les traders vendent-ils à découvert ?

Les traders ouvrent des positions courtes pour spéculer sur leur conviction que le prix d’un actif va baisser. Cela leur offre la possibilité d’investir dans des titres qui vont s’apprécier selon eux. Cela leur donne également la possibilité de gagner de l’argent sur des titres qu’ils ne sont pas prêts à posséder. (Les traders d’actions longues, en revanche, ne peuvent gagner de l’argent sur les actions qu’en risquant réellement de l’argent sur elles).

Les positions courtes peuvent remplir de nombreuses fonctions de portefeuille et soutenir diverses stratégies de trading. Les fonds spéculatifs ouvrent souvent des positions courtes pour protéger leurs positions longues (c’est-à-dire comme une assurance). D’autres investisseurs ont tendance à vendre à découvert des secteurs ou des entreprises en pleine phase de liquidation. En gros, il s’agit de sociétés qu’ils jugent surévaluées. La vente à découvert peut également générer des revenus pour ceux que l’on appelle les « scalpeurs d’actions », qui cherchent à tirer parti des petites fluctuations de prix intrajournalières.

Quand cela peut-il être une bonne idée de vendre à découvert ?

La vente à découvert est à envisager dès lors qu’un trader pense que le prix d’un actif va baisser. Par exemple, tous ces éléments peuvent être des raisons de vendre à découvert :

Des actualités négatives, telles que des résultats inférieurs aux attentes, des rappels de produits ou des litiges coûteux.

Des fondamentaux macroéconomiques faibles, tels qu’un taux de chômage plus élevé que prévu, une maladie virale ou une incertitude politique.

Un sentiment de marché trop optimiste, tel qu’une forte hausse du prix sans catalyseur apparent.

Cependant, il est important de se rappeler que les gouvernements et les régulateurs sont souvent sceptiques à l’égard des traders à découvert. Par exemple, les autorités financières européennes ont suspendu les ventes à découvert lors du krach boursier de mars 2020. De même, les régulateurs américains ont interdit les ventes à découvert pendant la récession de 2008. Les autorités chinoises ont réagi de façon similaire lors d’un krach en 2015.

Exemples de vente à découvert

Supposons qu’une trader estime que Tesla (TSLA) est surévalué à 500 $ l’action. Elle pourrait emprunter 100 actions à son courtier en bourse, ouvrant ainsi une position courte de 50 000 $. Si l’exigence de maintien de ce courtier en bourse pour TESLA était de 75 % (comme c’est le cas pour l’action chez certains courtiers en bourse), elle serait obligée de détenir 37 500 $ d’autres liquidités sur son compte.

Elle vendrait ces actions sur le marché libre, encaissant 50 000 $. Si les actions baissaient à 300 $ (comme cette semaine), elle pourrait les racheter pour 30 000 $ et réaliser un bénéfice de 20 000 $ (avant frais).

Toutefois, si les actions ont augmenté de 200 $ au lieu de baisser, le courtier en bourse pourrait émettre un appel de marge, l’obligeant à injecter davantage de liquidités dans son compte. Si elle ne peut répondre à l’appel, le courtier en bourse pourrait fermer de force sa position, lui faisant payer le prix plus élevé.

Les différences entre une vente à découvert et un investissement

Comme mentionné ci-dessus, la vente à découvert est essentiellement l’inverse de l’investissement traditionnel. Les traders en position longue dépensent leur argent pour acquérir un actif, qu’ils revendent ensuite (idéalement en réalisant un bénéfice). Les vendeurs à découvert, en revanche, vendent d’abord l’actif – avant même de le posséder ! Et leur bénéfice provient de la fluctuation baissière du prix.

En termes de risque, les traders en position longue ne risquent de perdre que leur investissement initial (c’est-à-dire si le cours de l’action tombe à 0 $). Les traders en position courte, en revanche, risquent de perdre des montants potentiellement illimités ; le cours de l’action peut monter à n’importe quel niveau.

Les traders en position longue ont également plus de facilité à exécuter leurs ordres car l’effet de levier (acheter avec des fonds empruntés) n’est pas nécessaire pour investir. À l’inverse, la vente à découvert nécessite de vendre des actions empruntées.

Les avantages et inconvénients de la vente à découvert

Les avantages

Il y a de nombreux avantages potentiels à la vente à découvert. Cela inclut :

La flexibilité.

Les traders en position longue ne peuvent réaliser des bénéfices que sur les titres qu’ils sont prêts à posséder. Les actifs en difficulté qui devraient décliner, par exemple, conviennent rarement aux positions longues. Mais les traders à découvert n’ont pas besoin d’être propriétaires pour réaliser des bénéfices ; ils gagnent de l’argent sur des actions empruntées. L’espace d’actifs ouvert aux traders à découvert est donc beaucoup plus vaste.

Des revenus collatéraux.

L’utilisation d’un portefeuille existant comme garantie pour un prêt sur marge permet à ces actifs inutilisés de soutenir de nouveaux revenus.

La couverture.

Les investisseurs en position longue sont par définition haussiers à 100 % – ils gagnent dans les périodes fastes et perdent dans les périodes difficiles. La vente à découvert permet aux investisseurs de couvrir leurs risques. Elle leur permet d’acquérir une certaine exposition baissière à des entreprises et des secteurs spécifiques, ou à l’ensemble du marché.

Les inconvénients

Il y a des inconvénients sérieux à vendre des positions à découvert. Cela inclut :

Une baisse illimitée.

Comme mentionné ci-dessus, étant donné que les positions courtes obligent les traders à racheter l’actif à l’avenir, le vendeur à découvert peut se retrouver avec une facture salée. C’est ce qui est arrivé aux traders à découvert de KaloBios (KBIO), par exemple, dont certains ont fait faillite après que la société ait reçu des fonds extérieurs inattendus et ait fait un bond de 800 % du jour au lendemain.

Des frais supplémentaires.

Comme les transactions à découvert impliquent des titres empruntés, elles sont soumises à des coûts supérieurs à ceux des ordres longs simples. Il s’agit notamment des frais de marge (analogues aux intérêts d’un prêt) et des frais d’emprunt, ainsi que des coûts associés aux dividendes et autres événements financiers.

Des difficultés d’exécution.

De nombreux gouvernements et régulateurs ont une piètre opinion de la vente à découvert. Ils estiment parfois que les traders à découvert exacerbent les cascades de prix négatifs et/ou se livrent à des manipulations sans scrupules. Pendant les crises économiques, il n’est pas rare que les transactions à découvert soient totalement interdites pendant un certain temps.

Quels sont les risques de la vente à découvert ?

En général, les risques de la vente à découvert sont doubles :

Le risque de prix. Les prix des titres ne baissent pas toujours quand nous le souhaiterions. Si un trader spécule sur la baisse du cours de l’action d’une société, et que celui-ci défie les attentes et continue à augmenter, la position à découvert a subi une perte.

Le risque d’exécution. Comme ci-dessus, il n’est pas garanti que les traders puissent ouvrir ou modifier leurs positions à découvert à volonté. Intégrer la vente à découvert dans une stratégie d’investissement peut signifier dépendre d’une catégorie de transaction risquée.

La vente à découvert en vaut-elle la peine ?

Il existe certainement des situations où la vente à découvert est justifiable. Par exemple, si l’on a de bonnes raisons de penser qu’un actif va baisser, ou si l’économie générale ne soutient pas les valorisations des actions. La vente à découvert peut également être motivée par la position de risque globale d’une personne. Si l’on a une position extrêmement longue dans le secteur des technologies, ouvrir des positions courtes sur quelques acteurs clés peut constituer une bonne couverture.

Cela dit, la question globale repose sur le profil risque/récompense. Cela dépend des titres en question, des conditions de crédit (c’est-à-dire des exigences de maintien et des frais de marge) et de l’environnement économique.

Conclusion

La vente à découvert est une stratégie relativement raffinée. Vous pouvez parfois l’utiliser pour générer des rendements même en période de mauvaise conjoncture économique. Si l’on comprend les risques (baisse illimitée), qu’on les couvre correctement (ordre stop-limite) et qu’on dispose de l’infrastructure appropriée pour vendre à découvert (compte sur marge), la vente à découvert peut devenir un instrument précieux d’un arsenal financier.