Earn2Trade Blog
jesse livermore

Jesse Livermore – De son enfance à sa vie de trader adulte

Jesse Livermore est né en 1877 à Shrewsbury, dans le Massachusetts. Il est devenu célèbre pour ses transactions historiques pendant les krachs boursiers du début des années 1900. Suivez nos articles sur la vie folle de ce célèbre trader sur le blog Earn2Trade. Son style de trading unique lui a valu deux surnoms.

Le premier est le Grand Ours de Wall Street. Le second est le Gamin qui spécule comme un fou. Ils ont en fait des significations similaires. Le talent de Livermore pour tirer profit des marchés déclinants est la raison pour laquelle on l’a appelé le Grand Ours. Le surnom de Gamin qui spécule comme un fou lui vient du fait qu’il est entré très jeune dans le monde du trading et qu’il aimait récupérer des bénéfices dans les bucket shops et les marchés.

L’enfance de Jesse Livermore

Livermore est né dans une famille de fermiers. Son père voulait qu’il devienne lui aussi un fermier, mais Jesse ne voulait rien de tel. Au lieu de cela, il est parti à l’âge de quatorze ans et est allé travailler à Boston, muni uniquement de l’approbation de sa mère et des 5 dollars qu’elle lui a donné. Il a travaillé comme « board boy ». Il s’agissait d’un emploi consistant à afficher les cours de la bourse sur un grand tableau noir, afin que les clients puissent les consulter. Paine Webber, la banque qui l’employait, lui versait un modeste salaire de 5 $ par semaine.

Cela lui a donné plus que de l’argent, cependant. Il s’est familiarisé rapidement avec les tendances qu’il observait dans les actions. Le jeune Jesse notait constamment les détails dans son journal et devinait ensuite comment les actions allaient évoluer. Cela affinait sa compréhension et gardait ses compétences aiguisées.

Il n’a pas fallu longtemps pour qu’un ami de Jesse le convainque de mettre de l’argent sur ses prévisions. Il s’est rendu dans une « bucket shop » – un endroit où l’on pouvait parier sur le marché boursier sans acheter d’actions. Sa mise a été une semaine de salaire, soit 5 $. Ce premier pari s’est avéré correct, et il en a tiré un bénéfice de 3,12 $.

Gagner si facilement 3 jours de salaire était une raison convaincante de continuer. C’est exactement ce qu’a fait Jesse. Âgé de 15 ans seulement, il avait déjà gagné 1 000 $, ce qui représente plus de 25 000 $ en dollars d’aujourd’hui. Il gagnait plus avec ses paris qu’avec son travail à la banque. À 16 ans, il a quitté la banque pour se consacrer entièrement à ses paris sur le marché.

Des paris au marché boursier

Il a tellement bien réussi dans les bucket shops qu’il en a été banni. Il utilisait alors des déguisements comme une barbe pour continuer à parier, mais cela a fini par échouer. Sans se décourager, Jesse a décidé de faire fortune et de déménager à New York en 1899. À ce moment-là, il avait amassé 10 000 $. C’est une somme assez importante pour n’importe qui, et certainement suffisante pour commencer à trader à un niveau plus élevé.

Tout se passait bien pour Jesse. Clairement, il était un prodige et en avance sur son temps.

Vous pourriez aussi apprécier :

Les hauts et les bas de Jesse Livermore

jesse livermore life

Jesse Livermore était prêt à se mettre au défi à New York. C’est à ce moment de sa vie que son côté sauvage a commencé à se manifester. Il avait le cœur d’un joueur et l’esprit d’un statisticien. Le premier lui conférait beaucoup de passion et causait occasionnellement de gros problèmes.

Au cours de sa première année à New York, il a rencontré une femme et s’est rapidement engagé dans une relation sérieuse. Elle s’appelait Nettie Jordan, et ils se sont mariés quelques semaines après leur rencontre.

Lorsque son trading a connu de terribles revers peu après, il a perdu tout ce qu’il avait. C’était le premier obstacle sur la route pour Livermore, et cela a été un obstacle majeur. Il a demandé à sa nouvelle femme de mettre en gage la grande quantité de bijoux qu’il avait achetés pour elle. Nettie a refusé, ce qui les a mis en désaccord. Après seulement quelques mois de vie commune, ils se sont séparés (bien qu’ils n’aient divorcé que plus tard).

De là, Jesse s’est rendu à St. Louis et est retourné à son gagne-pain : parier dans les bucket shops. Ils l’ont vite identifié et n’ont pas voulu prendre ses paris. Il a demandé à une autre personne de placer ses paris pour lui, et bientôt il avait une autre petite fortune de 5000 $.

Le retour à New York

Cet argent lui a permis de retourner à New York pour tenter sa chance à nouveau. À 24 ans, il a transformé cette mise en 50 000 $ pendant le marché haussier de 1901. Encore une fois, Livermore a tout perdu en tradant du coton.

Il essayait alors de trader prudemment car il ne voulait pas perdre à nouveau sa mise. À titre d’exemple, il a prétendu n’avoir gagné que 2 000 $ alors qu’il aurait pu en gagner 20 000. À 28 ans, il avait déjà 100 000 $ à son actif. Malgré son succès, il ne se sentait toujours pas à l’aise dans sa stratégie à cause des hauts et des bas.

Bizarrement, un voyage à Palm Beach l’a vraiment aidé à ce stade. Il a eu une intuition, différente de toutes les autres dans sa vie, et il l’a suivie. C’était un fort sentiment qu’il serait bon de vendre à découvert les actions de l’Union Pacific. C’était une idée étrange à avoir car ses actions étaient en forte hausse. Ensuite, l’Union Pacific a été frappée par un important tremblement de terre à San Francisco. Cela a provoqué une chute substantielle de l’action, et Livermore a gagné 250 000 $.

Il aurait pu gagner encore plus, mais s’en tenait à ses habitudes prudentes pour conserver ses gains. Malgré cette prudence, il s’agissait d’une somme vraiment énorme pour l’époque, qui le préparait à la prochaine étape de sa vie.

La panique de 1907 quand New York a failli s’effondrer

who is jesse livermore

Jesse Livermore était prêt pour plus d’action. Il était toujours confiant grâce à l’argent qu’il avait gagné en vendant à découvert l’Union Pacific. Le prochain coup qu’il envisageait était de renverser sa position sur l’Union Pacific. Il a été mis en garde contre ce scénario par Ed Hutton, un ami et un trader qu’il respectait. Hutton a eu tort car le titre a rebondi. Ne pas suivre son instinct avait coûté à Livermore quelques 40 000 $, et il s’en voulait.

Son grand coup suivant a commencé en 1906. Il s’agissait d’une opportunité d’un genre différent car c’était la première fois que Livermore était confronté à un marché entier changeant de façon spectaculaire. Jesse a vu des signes que le marché allait devenir exceptionnellement baissier avant que cela ne devienne évident pour les autres. Il a commencé à vendre à découvert le marché de manière agressive à ce moment-là.

Ce que Livermore a vu venir a été la panique des banquiers de 1907, également appelée la crise de Knickerbocker. En octobre 1907, la bourse de New York a perdu près de la moitié de sa valeur. Cela a provoqué une ruée sur les banques et une grande panique dans l’économie. L’événement qui a fait passer le marché de mauvais à catastrophique a été une tentative des frères Heinze de s’accaparer le marché des actions de la United Copper Company. Lorsque ce plan a échoué, le prix des actions de la United Copper s’est effondré. Cela a provoqué une ruée sur les banques que Heinze possédait. Les clients de la banque n’avaient plus confiance dans le fait que les soldes de leurs comptes puissent être payés. Alors tout le monde s’est précipité pour être le premier à tout retirer. Cela a conduit à un effet domino menant à plus de ruées sur les banques et les sociétés de fiducie à New York.

Jesse Livermore pendant et après la panique des banquiers de 1907

Toute cette panique sur les marchés avait rapporté à Livermore environ un million de dollars pour ses ventes à découvert. Il a connu un tel succès dans ces dernières que lorsque JP Morgan a mené la charge pour empêcher l’économie de New York de s’effondrer, il a personnellement demandé à Livermore de les arrêter. Livermore a suivi ce conseil, en partie pour aider New York à ne pas faire faillite. À ce moment-là, il est passé au rachat de titres, également à la demande de Morgan, afin de fournir des liquidités au marché en difficulté. Même cette étape a été à l’avantage de Jesse car les prix ne pouvaient plus qu’augmenter à ce stade. Livermore est passé de la ruine à une valeur nette d’environ 3 millions de dollars en un an environ.

En 1908, il avait encore augmenté sa valeur, jusqu’à 5 millions de dollars. Sur les conseils de son ami Teddy Price, il s’est lancé dans le marché du coton. C’était une autre situation où il a ignoré ses instincts, ainsi que sa règle de se retirer rapidement d’une position perdante. Tout le monde a vendu, y compris Price, et Livermore a été pris la main dans le sac. Il avait presque tout perdu.

Les 4 années suivantes ont été difficiles pour Jesse. Il était très endetté et a dû se déclarer en faillite en 1914. Il vivait dans un hôtel bon marché et se débrouillait tant bien que mal.

Comment Jesse Livermore a tenté de se remettre en selle

jesse livermore trading

Bien que Jesse Livermore était à nouveau fauché, il a vu une opportunité. La première guerre mondiale était en cours, et cela a créé un marché haussier dont il pouvait profiter. Bien que cela l’ait rendu excité et anxieux de s’impliquer, il s’est retenu de prendre le crédit jusqu’à ce qu’il sache qu’il était prêt.

Jesse a choisi de passer six semaines à regarder le flux d’actions, à l’analyser soigneusement. Il voulait trouver la transaction parfaite pour miser sur son prochain coup.

Il a fini par choisir les actions de Bethlehem Steel car l’acier est un produit de guerre bien connu. Le prix évoluait également dans le bon sens. Il se situait à 98 $, et Jesse s’est dit qu’il ferait un bond substantiel s’il dépassait les 100 $. Il a acheté 500 actions à ce moment-là et 500 autres peu après à 114 $. C’était une de ses règles, augmenter la taille d’une position lorsque le marché vous montre que vous avez raison. Le lendemain, l’action a atteint 145 $ et il a liquidé sa position. Il avait gagné plus de 50 000 $, et il était de retour dans la partie.

Ce succès lui a rendu une grande partie de sa confiance. Il a continué à trader sur ce marché haussier et a gagné de l’argent de manière constante. Bientôt ses capitaux propres étaient de retour à 500 000 $. Il a subi des pertes à partir de là car il semblait que l’Amérique allait rejoindre la première guerre mondiale. Néanmoins, il a terminé l’année 1915 avec 150 000 $. Loin d’être un record pour Jesse Livermore, mais certainement une aubaine. En plus de l’argent qu’il a gagné, il a appris de nombreuses leçons importantes sur la gestion de ses émotions et le respect de ses règles de trading.

L’avènement du délit d’initié

Jesse était de retour en force. Suivant le marché comme il l’avait pratiqué pendant des années, il a vu, fin 1916, que certains signes indiquaient que le marché redevenait baissier. Ses intuitions provenaient du suivi des prix de nombreuses sociétés leaders du marché. Croyant en son analyse, il a vendu 60 000 actions à découvert et a observé la suite du mouvement du marché. Le marché a baissé à nouveau, et il a doublé sa position.

Puis une chose inhabituelle s’est produite le 20 décembre 1916. Alors qu’il était en vacances à Palm Beach, Jesse a regardé la bande des actions de Finlay, Barrel, and Co. Il a vu un télégramme du directeur qui disait que le président Wilson allait tenter de mettre fin à la Première Guerre mondiale. Cette nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre, et plus tard ce jour-là, elle était largement connue. Lorsque cette rumeur a gagné en crédibilité, elle a fait chuter les prix. C’était une bonne nouvelle pour la position courte de Livermore.

Cela n’a pas été bien reçu par le gouvernement américain, comme on pouvait s’y attendre. Il a formé un comité et a enquêté sur la fuite. C’est ainsi que Jesse a été forcé de témoigner le 1er février. Il a expliqué comment on lui avait tiré dessus 7 semaines avant la fuite. Le New York Times a rapporté qu’il avait déclaré : « Comment aurais-je pu savoir si tôt que le président Wilson allait faire une offre de paix à l’Allemagne pour mettre fin à la guerre ? Je doute que le président lui-même ait su, il y a sept semaines, qu’il allait faire une proposition de paix ».

Livermore n’a pas eu d’autres problèmes à ce sujet, bien que cela ait conduit le NYSE à créer des règles sur le trading des informations internes. Il est certain que si cela se produisait à l’époque moderne, cela créerait un énorme tollé. Il est maintenant cimenté dans la loi comme un crime de trader sur des informations non publiques.

Ses transactions durant le krach du marché boursier

jesse livermore during the stock market crash

À ce moment-là, la première guerre mondiale était terminée, et Jesse Livermore était de retour au sommet. Une fois de plus, il s’était remis de son effondrement, y compris en payant ses dettes précédentes. Il a acheté 800 000 dollars de rentes pour avoir un revenu fiable même s’il perdait à nouveau tout. Pour des raisons similaires, il a également placé de l’argent dans des trusts pour sa famille.

Jesse était alors devenu un nom connu de tous. Les gens étaient désireux de suivre ses recommandations dans le journal sur la façon de jouer sur le marché. Sa parole était de l’or.

Il a été contacté en 1922 par un journaliste nommé Edwin Lèfevre. Jesse Livermore a donné des interviews sur sa vie, et elles ont été publiées dans une série, qui est rapidement devenue populaire auprès des lecteurs. L’astuce a consisté à ne pas utiliser le vrai nom de Livermore. À la place, les articles portaient sur un personnage nommé Laurie Livingston. En 1923, cette série d’articles a été transformée en une biographie de Livermore intitulée Reminiscences of a Stock Operator. Cela n’a fait qu’accroître sa mauvaise réputation.

Le trading entre 1925 et 1929

La prochaine action de Jesse s’est faite sur le marché du blé en 1925. Il achetait du blé par lots de 5 millions de boisseaux. Le marché était haussier et, comme d’habitude, Jesse renforçait sa position à mesure que le marché réagissait comme il le souhaitait.

Cela a conduit à une bataille officieuse avec un spéculateur expert en matières premières nommé Arthur Cutten. Cutten – comme Livermore – était également optimiste sur le blé. Cependant, Livermore est passé de haussier à baissier sur le blé lorsqu’il a pensé que le marché avait atteint son sommet. Alors qu’il vendait son blé, un autre trader, Thomas Howell, a fait de même. Lui et Livermore ont déversé une énorme quantité de blé sur le marché alors que Cutten était en voyage et incapable de réagir correctement.

Cela a mis Cutten en colère et lui a coûté beaucoup d’argent. Il a accusé les deux autres de manipulation du marché. C’est une accusation grave car il existe des règles spécifiquement établies pour protéger la stabilité des prix des céréales. L’enquête qui a suivi a montré que Jesse et Thomas n’avaient agi qu’en fonction de leur sens des affaires. Ils n’ont donc pas eu à subir d’autres examens. Ce trading du blé a permis à Livermore de réaliser des bénéfices de 10 millions de dollars, gagnant de l’argent à la fois du côté de la hausse et de la baisse.

Pendant le grand krach

L’opportunité suivante fut l’une des plus épiques de l’histoire du trading. Le marché a été multiplié par cinq au cours des six années précédentes, et tout le monde s’est impliqué. En septembre 1929, les actions ont commencé à se stabiliser, et Jesse a pris note. Il a utilisé une règle de base qui lui avait bien servi. Il a observé les actions les plus fortes dans les secteurs les plus forts et a cherché spécifiquement à savoir quand elles cesseraient de monter. Sa conclusion était que si les meilleurs titres ne pouvaient plus augmenter, le reste du marché allait bientôt changer de direction lui aussi.

En octobre, il est resté à son bureau pendant un certain temps, réalisant beaucoup de transactions. C’était courant pendant le krach, mais Jesse le faisait pour le profit plutôt que pour sauver un navire en perdition. Alors que tout le monde perdait une grande partie de ses investissements, il était très actif dans les ventes à découvert. C’est alors, du 24 au 29 octobre, que le marché s’est effondré. Connu sous le nom de « Grand Krach », le marché a perdu une grande partie de sa valeur. Le pire a été la perte d’un quart de la valeur du Dow Jones en 2 jours. Les traders perdaient tout.

Le retour à la maison de Jesse Livermore

Quand Livermore est retourné chez lui, sa famille était affolée. Ses proches pensaient que leur fortune était perdue. Ils avaient beau connaître Jesse, ils ne connaissaient pas son trading. Alors que tout le monde perdait, les ventes à découvert de Jesse lui avaient permis de réaliser un bénéfice stupéfiant de 100 millions de dollars. Non seulement ses proches étaient en sécurité, mais ils étaient aussi plus riches que jamais, avec Jesse entrant dans l’histoire. Ce montant, en termes modernes, serait de 1,3 milliards de dollars.

Jesse Livermore allait, une fois de plus, perdre cette gigantesque fortune en 1934. Personne ne sait vraiment comment il l’a perdue à ce moment-là, car il tradait de plus en plus secrètement. Cette dernière faillite lui a fait payer le plus lourd tribut de toutes. Les signes avant-coureurs sont apparus en 1933, lorsqu’il a disparu pendant une nuit et qu’il a été diagnostiqué comme ayant fait une « dépression nerveuse amnésique ».

Afin d’apaiser son sentiment de raison d’être et sa dépression, il a fini par écrire « How to Trade in Stocks » en 1939 et l’a publié un an plus tard. Cela a été la dernière chose qu’il a faite en rapport avec le trading. Le livre a reçu un accueil mitigé à sa sortie. Cependant, il est finalement devenu un classique grâce au regard révisionniste de l’histoire.

L’histoire de Jesse Livermore est un voyage fantastique fait de hauts vertigineux et de bas dévastateurs. Sa vie offre un million de leçons sur la manière de réussir et une poignée d’énormes mises en garde sur ce qu’il faut éviter et ce qui se passe si vous n’y parvenez pas. Les traders n’oublieront pas sa légende de sitôt.