Earn2Trade Blog

L’indice de volatilité

Le trading a beaucoup changé en 2018. Avant cela, les tendances du marché étaient fondamentalement orientées à la hausse. C’était encore le cas lors de la crise des prêts hypothécaires à risque de 2008. C’était encore un “marché haussier” classique où le bon choix d’investissement était d’acheter. Cependant, en février 2018, le marché s’est effondré en quelques jours. C’était le premier signe inquiétant pour les perspectives futures de la croissance économique mondiale. Les désaccords sur la politique tarifaire, la hausse des taux d’intérêt américains et un certain nombre de conflits géopolitiques ont nui aux perspectives du marché boursier. L’actif qui a le plus profité de cette incertitude croissante a été l’indice de volatilité.

Pendant un bref moment en février 2018, l’indice a fait un pic à 37 points. Heureusement, après cela, il est en grande partie revenu à des niveaux normaux. Il y en a eu un autre en mars. Cependant, il était notablement plus faible. Quelques mois plus tard, en octobre, il a de nouveau commencé à évoluer dans une fourchette de 15 à 30 points. Pendant une période typique de marché haussier, le VIX évolue généralement entre 10 et 15 points. Ces chiffres suggèrent un marché fondamentalement calme. Lorsqu’il dépasse 15 points, il indique un degré important d’incertitude économique.

Vous pourriez aussi apprécier :

Qu’est-ce que l’indice VIX ?

L’indice Market Volatility Index est disponible en tant que contrat à terme à Chicago depuis 1993. Les traders et les investisseurs l’appellent souvent “l’indice de la peur”. Son créateur est le Chicago Board Options Exchange. On le calcule à partir des primes à 30 jours des dérivés de l’indice S&P 500. Lorsque le marché est prêt à payer une prime plus élevée sur des options expirant dans 30 jours, cela montre que les participants au marché voient une possibilité réaliste que les prix soient plus élevés au cours de cette période. Lorsque les traders en options sont prêts à risquer de l’argent en prédisant que les options se traderont à un prix plus élevé à l’avenir, les fluctuations et la fourchette du marché réel suivront vraisemblablement. En revanche, lorsque les investisseurs sont nerveux et incertains, ils sont plus disposés à payer des primes plus élevées pour des taux d’exercice plus rapprochés.

En réalité, le VIX est avant tout un indice de sentiment. Il compile effectivement les perspectives d’acteurs du marché, non pas par le biais d’un questionnaire, mais plutôt en regardant où ils investissent réellement leur argent. De plus, il ne le fait pas sur une base mensuelle, mais minute par minute. Il donne ainsi une vision en temps réel de l’état mental et émotionnel actuel du marché. Cela justifie vraiment de l’appeler “l’indice de la peur”. En revanche, le fait qu’il soit basé sur des prédictions signifie également qu’il projette les attentes du marché. Cela peut souvent se transformer en une prophétie auto-réalisatrice, les traders devenant de plus en plus incertains lorsqu’ils voient l’indice augmenter.

Les autres types d’indice de volatilité

Il est important de mentionner que les indicateurs de volatilité conventionnels sont basés sur des données passées. Ils examinent la différence entre les valeurs minimales et maximales récemment enregistrées, puis s’en servent comme base pour projeter la future fourchette de fluctuations. C’est ce que nous appelons la “volatilité historique”. Il est évident que tenter de prédire l’avenir en se basant uniquement sur le passé est une entreprise à haut risque. Ces types de mesures peuvent jouer un rôle clé dans la projection des résultats futurs, mais ne tiennent pas compte du facteur psychologique. Il s’agit d’un défaut majeur si l’on considère que le sentiment des investisseurs est une force bien plus puissante sur le marché que la probabilité mathématique. Lorsque l’on prend des décisions d’investissement, il faut se baser sur l’avenir et non sur le passé.

Les contrats à terme sur l’indice de volatilité CBOE (/VX)

En tant qu’instrument, l’indice devient tradable à un multiplicateur de mille dollars. Cela signifie que lorsqu’il est à 20 points, un contrat à terme vaut 20 000 $. La plus petite unité de mesure étant de 0,05 point, un tick vaut donc cinquante dollars. L’actif est publié avec des échéances hebdomadaires, ce qui rend le contrat à terme extrêmement court. Il peut parfois évoluer de 1 à 2 points complets en une journée. Cela se traduit par un gain ou une perte de 1 000 à 2 000 $ par contrat, selon la direction.

Comment intégrer le VIX à un portefeuille ?

Il serait préférable de se demander pourquoi il vaut la peine de s’y intéresser. Le trading de contrats à terme ne convient pas à tous les investisseurs. Cependant, même ceux qui n’envisagent pas de le trader eux-mêmes peuvent en tirer des informations utiles. L’une des hypothèses fondamentales de l’indice de volatilité est qu’il existe une corrélation négative significative entre la baisse du marché et la hausse de la volatilité. Il existe de nombreuses analyses statistiques et économiques qui confirment cette observation comme un fait. En outre, quiconque a déjà tradé sur un marché essentiellement baissier vous dira que c’est vrai. Cela dit, une volatilité élevée ne suffit pas à elle seule à prendre la décision de vendre. Elle ne répond pas à la question de savoir de combien exactement le S&P va bouger. Même si cette corrélation est vraie.

Il serait trompeur de prétendre que des niveaux élevés de l’indice de volatilité constituent l’opportunité idéale pour une position courte sur le S&P 500. L’année 2018 nous a montré que les indices boursiers peuvent effectuer de fortes corrections, même en une seule journée. Ces mouvements ne seraient reflétés sur le marché des options et le VIX que bien plus tard.

Conclusion

Compte tenu de tout ce qui précède, le VIX reste un indice intimement lié aux attentes du marché. Il est inestimable pour signaler la possibilité d’un renversement. Cela reste vrai même s’il ne vous donne pas le moment exact pour ouvrir une position. Une baisse de la volatilité indique une lente progression du marché boursier. Cela pourrait être favorable à l’achat ou simplement le calme avant la tempête. Une hausse du VIX, en revanche, indique des tensions croissantes. Cela pourrait être une bonne occasion de réfléchir à l’emplacement où l’on pourrait ouvrir une position courte. Il faut également reconnaître que l’indice est soumis à un élément de saisonnalité. La saison des rapports rapides peut entraîner une forte volatilité, même pendant une période de marché calme.

Sa fonction d’indicateur signifie que vous n’avez pas nécessairement besoin de le trader pour en tirer un bénéfice. Cependant, il reste un instrument passionnant en soi. Un indice en baisse suggère la publication récente d’actualités alarmantes et plus le silence est long, plus l’explosion est proche. Grâce à sa petite taille de contact, le VIX permet également de tirer profit de l’incertitude du marché lorsqu’il est utilisé de manière prudente et délibérée. Dans l’ensemble, c’est un actif qui mérite au moins votre attention.